Thérapies de conversion

L’Assemblée nationale a adopté, à l’unanimité, la proposition de loi interdisant les thérapies de conversion. Ainsi, le texte crée un délit pour les pseudos « thérapeutes » qui prétendent « guérir » les homosexuels, bi, trans. Ils pourront être punis de deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende.


Alors que ces dernières années, une centaine de cas a été recensée, avec une tendance à la hausse des signalements, il était important d’apporter une réponse légale à des pratiques (hypnose, hormones, électrochocs, exorcisme, mariage forcé hétérosexuel, etc.) qui n’ont pas lieu d’être dans notre pays.