Que fait le gouvernement pour éviter une génération sacrifiée ?

Lors du débat organisé à l’Assemblée nationale, Les Républicains ont interrogé le gouvernement sur sa politique à l’intention de la jeunesse. Le Covid menace en effet de les transformer en génération sacrifiée.

56% des étudiants ont du mal à se fournir en produits de première nécessité. 25% n’arrivent pas à se nourrir à leur faim. 23% ont dû renoncer à consulter un médecin, et ils sont dans la même proportion à avoir eu des pensées suicidaires ces derniers mois.

Il a fallu attendre un an depuis le début de la crise sanitaire pour que la majorité se saisisse – timidement – de ce sujet. Les paniers repas à un euro ne suffiront pas tant l’offre est géographiquement inégalement répartie.

A l’occasion de ce débat, nous avons fait des propositions s’inscrivant dans le respect des règles sanitaires : ouverture de certains cafés, comme cela se fait en Autriche par exemple, pour accueillir des étudiants par petits groupes pour qu’ils puissent réviser ensemble, banalisation d’un jour de cours pour permettre aux jeunes de sortir, s’aérer ou faire du sport, réouverture des musées sur une journée dédiée spécialement aux jeunes, assouplissement temporaire de la législation sur les stages pour permettre aux étudiants de disposer de revenus complémentaires…

Cette crise a un effet pervers en renforçant les déterminismes sociaux, en grippant toujours plus l’ascenseur social et en maintenant dans la précarité ceux qui y étaient déjà le plus confrontés. Les possibilités sont nombreuses, mais il semblerait que ce soit davantage la volonté qui manque au gouvernement.