On ne peut pas vivre éternellement dans un état d’exception

Après le rejet par la majorité de toutes les propositions des Républicains, y compris au Sénat, l’Assemblée nationale a adopté en lecture définitive le projet de loi portant diverses dispositions de vigilance sanitaire.


J'ai été présente à chaque étape de la discussion et avec les députés Les Républicains, nous avons à chaque fois fait part de notre opposition. Ce texte ne tient pas compte de l'évolution sanitaire et s'absout de tout contrôle parlementaire.


Jusqu’à présent, les députés Les Républicains ont toujours été là lorsque la situation sanitaire l’exigeait. Avec responsabilité, nous avons voté les mesures d’urgence lorsque la crise a éclaté. Pourtant, aujourd’hui, nous assistons avec inquiétude aux dérives disproportionnées de la majorité déconnectée de la réalité dans de nombreux secteurs.


Ainsi, nous en sommes à examiner le dixième texte sur l’état d’urgence et le gouvernement propose toujours la même chose : prolonger encore le régime juridique de l’état d’urgence sanitaire. Et cela tout en rejetant systématiquement nos propositions suite à des situations ubuesques tant dans certains territoires que dans la pratique d’activités de loisirs et extrascolaires.


De plus, ce projet de loi porte en lui des mesures auxquelles nous sommes résolument opposés. Ainsi, il serait possible d’imposer, à tout moment, un confinement strict d’un mois, sans que le Parlement ne soit consulté. Y compris dans la période de l’élection présidentielle et des législatives.


Pour ces raisons, les députés Les Républicains ont voté CONTRE ce projet de loi.