Le projet de loi confortant les principes de la République ne résoudra pas le séparatisme

Originellement, le PJL était censé combattre le séparatisme. De retour à l’Assemblée nationale, il a perdu beaucoup de sa substance.

En effet, la majorité gouvernementale a supprimé l’essentiel des avancées obtenus par Les Républicains au Sénat pour préserver le « en même temps » et le « pas d’amalgame ». Alors qu’il touche à un grand nombre de nos libertés (liberté d’expression, liberté d’association, liberté de conscience, liberté de la presse, liberté d’enseignement), le projet de loi ne s’attaque pas au cœur du problème qu’est l’islam radical et son refus de se plier aux lois de la République.

Pourtant le séparatisme, ce sont des individus considérant les lois religieuses supérieures aux lois de la République. C’est le non-respect la place de la femme et des minorités. C’est le refus de livrer des restaurants car ils sont cachers. C’est considérer que les hommes ne peuvent pas partager la même piscine ou le même gymnase que les femmes, ou refuser qu’une femme soit auscultée par un homme médecin. Cette idéologie cherche à s’imposer en profitant des libertés garanties par la France et c’est inacceptable !

Les députés Les Républicains ont donc redéposé plusieurs amendements pour renforcer notre socle républicain : possibilité pour les espaces de baignade d’interdire le burkini, inéligibilité des candidats communautaristes et suppression des listes communautaristes lors des élections des établissements universitaires, interdiction des emblèmes religieux sur les documents de campagne électorale, lutte contre les réunions non-mixtes, etc.