Journée internationale des droits des femmes : beaucoup reste encore à faire

Il reste encore tant à faire pour atteindre une égalité dans les droits et dans les faits pour les femmes. La crise sanitaire en a d’ailleurs été un bon révélateur, puisqu’elles représentent l’essentiel des métiers « au front » : 83% des actifs dans les métiers de l’aide aux personnes et dans les métiers de la propreté et dans les EHPAD, leur nombre atteint même 87,4%.


Les femmes ont été beaucoup plus exposées aux violences conjugales durant les confinements, avec une augmentation de 42% des interventions des forces de l’ordre à domicile, tandis que le nombre de signalements a triplé entre mars et juin 2020.


Cette situation ne doit pas faire oublier non plus les inégalités plus structurelles qui continuent d’exister. En matière de rémunérations, les écarts vont jusqu’à 20% selon les catégories professionnelles. Dans l’éducation, les filles se tournent davantage vers des filières de sciences sociales que vers les mathématiques et la physique-chimie. Autre sujet de préoccupation : la précarité intime où beaucoup reste encore à faire (1 filles sur 10 dans les familles bénéficiaires d’association d’aide a déjà manqué l’école par manque de protections hygiéniques).


Pour toutes ces raisons, la mobilisation ne doit pas faiblir face aux injustices et inégalités qui persistent dans nombre de métiers et situations. Bravo à toutes celles qui se sont engagées dans ce combat !