Environnement : Plus que jamais, le temps de la responsabilité et de l’action est venu !

Les extraits du rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) sont alarmistes. En effet, si « la vie sur Terre peut se remettre d'un changement climatique majeur en évoluant vers de nouvelles espèces et en créant de nouveaux écosystèmes », « l'humanité ne le peut pas ».

Les chaleurs extrêmes relevées aux États-Unis et au Canada (jusqu’à 50°C) en sont l’illustration ! Plus proche de nous, les inondations exceptionnelles dans le sud constituent aussi un défi pour notre capacité d’adaptation et d’anticipation. Et c’est sans parler des sécheresses qui vont se multiplier avec leurs conséquences pour notre agriculture et donc notre souveraineté alimentaire.

Dans ce contexte, bien que la France se soit engagée à réduire de 40% ses émissions de CO2 d’ici 2030 par rapport au niveau de 1990, le Conseil d’Etat a fixé un ultimatum au gouvernement. Les juges lui ont donné neuf mois pour renforcer sa politique climatique.

En effet, malgré l’examen par le Parlement de deux projets de loi sur l’environnement, les choix gouvernementaux et de sa majorité ne répondent pas aux engagements de l’accord de Paris de 2015. Ainsi, la future loi Énergie-climat se résume à des demandes de rapports, des taxes et des flous juridiques tandis que le texte qui vise à inscrire l’environnement dans la constitution fait la part belle à l’affichage, sans améliorer concrètement la situation.

Face à l’urgence climatique, une course contre la montre est engagée pour l’humanité et pourtant, la France continue de prendre du retard. Sans action visant à réduire nos émissions, combinée à notre adaptation aux menaces climatiques, la France risque d’être frappée de plein fouet par le dérèglement climatique.

Au vu de l’urgence de la situation, le temps ne peut plus être à l’instrumentalisation politique de l’écologie comme le fait la majorité gouvernementale.

Plus que jamais, le temps de la responsabilité et de l’action est venu !