Education : une réforme qui risque de pénaliser les collégiens parisiens

Alors que la rentrée 2020 avait vu 260 collégiens parisiens privés d’affectation en lycée, le risque que la réforme d’Affelnet fasse de ce logiciel un nouveau « Parcoursup », avec les déboires que nous lui avons connus, est réel.


La réforme, telle qu’envisagée, risque en effet de créer des déséquilibres importants entre la nécessaire mixité scolaire et la récompense du fruit du travail scolaire de tous les élèves. Cette réalité conduit de plus en plus de familles à opter pour des stratégies d’évitement, en se tournant vers l’enseignement privé; avec des conséquences financières non-négligeables pour elles.


Cette réforme d’Affelnet est d’autant plus importante qu’elle va aussi affecter aussi le nombre d’enseignants et d’heures à Paris. C’est donc un sujet crucial alors que la capitale va perdre plus de 2000 heures et une centaine de professeurs à partir de la rentrée 2021.


J’ai donc saisi le ministre pour l’inviter à revoir sa copie et pour améliorer le système d’affectation dans les lycées parisiens. Une initiative coordonnée par Les Républicains à Paris, alors que nous sommes parvenus à faire adopter hier en Conseil de Paris un vœu dans le même sens.