Campagne présidentielle : attention à la crédibilité !

La perspective de l’élection présidentielle bouscule les convictions de certains candidats. En effet, certains changements de pied, et pas des moindres, ne peuvent que nous interpeller !


Le président de la République n’y fait d’ailleurs pas exception. En effet, sur l’immigration, il a décidé que ce qui, jusqu’à présent, n’était pas possible, le serait. L’Algérie et le Maroc qui refusent très largement de reprendre chez eux leurs ressortissants condamnés en France se verront donc désormais délivrer moins de visas ; une réciprocité réclamée de longue date par Les Républicains.

Par ailleurs, à la décision d’Emmanuel Macron de réduire la part du nucléaire avec la fermeture de Fessenheim, devrait succéder des investissements pro-nucléaires. C’est le grand retour du « en même temps ».


Plus localement, à Paris, comment ne pas s’étonner lorsque Anne Hidalgo, dont la politique anti-voiture est connue de tous, propose, tout à coup, de baisser la fiscalité sur l’essence ?

Alors que depuis sept ans, elle fait preuve d’une imagination sans limite pour compliquer la vie des automobilistes voilà qu’elle semble se soucier des « 11 millions de Français qui ne peuvent se passer de leur voiture ». Y aurait-il, dès lors, une Anne Hidalgo des villes, maire de Paris, et une Anne Hidalgo des champs, candidate à l’élection présidentielle ; à la façon d’un docteur Jekyll et Mister Hyde ?


Si les campagnes présidentielles sont toujours l’occasion de grandes promesses, il est à craindre que les Français, lassés par ces contrepieds, ne se laissent plus prendre au jeu. Finalement, ces propositions iconoclastes font surtout le jeu des candidats populistes et ce n’est pas une bonne nouvelle pour notre démocratie…