Anne Hidalgo renonce enfin à taxer les donateurs de Notre-Dame de Paris

Dernière mise à jour : 25 mars

Comme présidente de la mission d’information sur le suivi de la restauration de la cathédrale, avec Sophie Mette, rapporteure, j’avais alerté sur le scandale d’une taxation de l’établissement public chargé du suivi du chantier de Notre-Dame de Paris pour l’occupation du domaine public.


C’est donc avec une immense satisfaction et un soulagement que je prends acte de la décision d’Anne Hidalgo d’y renoncer. Ce sont 3,4 millions d’euros par an qui iront ainsi aux travaux plutôt que dans les caisses de la ville. Il reste cependant regrettable qu’il ait fallu une indignation générale pour que la Mairie de Paris revienne à la raison.


Cette décision a provoqué un débat houleux puisqu’Emmanuel Grégoire, premier adjoint d’Anne Hidalgo, a remis en cause la probité de mon travail parlementaire en tenant des propos que l’on peut qualifier de diffamatoires. Si nous avons obtenu gain de cause sur la redevance du chantier, il reste maintenant à honorer la promesse d’un don de 50 millions d’euros qui avait été faite après l’incendie pour la restauration de Notre-Dame de Paris. Rappelons en effet qu’Anne Hidalgo s’est dédite en transformant le don annoncé en financement du réaménagement des abords, qui lui incombe de toute façon en tant que propriétaire…


Retrouvez mon intervention :


Retrouvez ci-dessous le vœu que j’ai défendu et qui a obligé la majorité municipale à renoncer à la redevance du chantier.