Allongement du délai de l’IVG de 12 à 14 semaines : j’ai voté contre

Examen en lecture définitive, et après deux aller-retours avec le Sénat, de la proposition de loi LREM allongeant le délai de recours à l’IVG.


L’ordre des médecins et les gynécologues-obstétriciens s’opposent également à ce texte, notamment parce que l’allongement de deux semaines n’est pas anodin : à 14 semaines, le fœtus est ossifié et l’acte médical est plus lourd et contraignant.


De plus, avec la possibilité d’interrompre une grossesse jusqu’à 12 semaines, la législation française est déjà dans la moyenne des pays européens (12 semaine de grossesse équivalent à 14 semaines d’aménorrhée).


Par ailleurs, cette loi réduit la clause de conscience des médecins à laquelle je suis attachée pour des raisons éthiques. Dès 1975, Simone Veil en avait pourtant fait un pilier de sa loi.


Enfin, je regrette que trop peu ait été prévu dans ce texte pour renforcer l’information et l‘éducation à la sexualité. Ce serait pourtant un bon moyen pour sensibiliser aux grossesses non-désirées et ainsi favoriser éventuellement la contraception.