Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

URBANISME A PARIS : DENI DE DEMOCRATIE ET ECHEC ANNONCE
Anne Hidalgo présente aujourd’hui au conseil de Paris un Plan Local d’Urbanisme (PLU) modifié. Autrement dit, la matrice des principales politiques en matière de création de logements et de bureaux, de développement durable, ou encore d’équipements publics. Le PLU est l’outil qui permet à la municipalité de traduire dans l’espace son projet politique. Voilà 2 ans que les équipes de la maire élabore ce document d’urbanisme de 1500 pages inaccessible aux non-initiés. Mais il ne faut pas se laisser duper par son aspect très technique, le PLU est d’abord un instrument politique. Comme est politique le mépris d’Anne Hidalgo qui ne l’a transmis aux élus que 4 jours avant son examen en conseil d’arrondissement. 3 jours pour étudier 1500 pages : une gageure ! La preuve surtout d’un profond mépris à l’égard des maires d’arrondissement. Anne Hidalgo ne s’embarrasse manifestement plus d’un minimum de décence démocratique…
Sur le fond, le PLU donne à la maire de Paris les moyens de sa folle ambition : parvenir à 30% de logements sociaux d’ici 2030. Ce qui, dans la ville la plus dense d’Europe (22 000 habitants au km 2), revient à bétonner les derniers espaces libres et à ghettoïser un peu plus des quartiers déjà fragilisés. La mairie de Paris envisage ainsi de réaliser des logements sociaux dans des zones où ils sont ultramajoritaires, comme c’est le cas par exemple aux Epinettes.
Cette politique est vouée à l’échec. Un échec d’autant plus cruel pour les Parisiens qu’en matière d’urbanisme les dégâts causés sont extrêmement long à réparer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *