Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Un vrai tabou pour la macronie. L’immigration est le grand impensé du quinquennat. Mais qu’importe la pensée puisque le pouvoir a les actes ! C’est précisément là que les choses se compliquent. Alors que la pression migratoire baisse en Europe, au regard de ce qu’elle a pu être au plus fort de la crise en Syrie, elle continue de progresser en France de façon significative. Pour ménager les esprits, le gouvernement choisit de présenter les choses sous un jour favorable. N’ayez pas peur, le solde migratoire (différence entre le nombre d’arrivées et de départs) est à peine positif. Question : si l’on sait grosso modo qui arrive, sait-on qui part ? Réponse : pour l’essentiel des Français. Reformulons donc l’équation : 1 étranger arrive / 1 Français part = solde migratoire à peu près nul. Vu sous cet angle, ce n’est plus tout à fait la même chose.

Mais où est le problème ? me dira-t-on. Un pays comme l’Allemagne, confronté à une baisse démographique et à un manque de main d’œuvre, a accueilli 1,5 million d’étrangers en 2015 et 1 million en 2016. Pragmatique, non ? Sur le plan arithmétique, sans doute. Mais politiquement ? La grande coalition ne tient qu’à un fil, l’extrême droite pèse au Bundestag et le gouvernement a dû durcir considérablement sa politique pour enrayer l’appel d’air qu’il a lui-même provoqué – laissant, au passage, la France assumer seule une pression décuplée. Les dirigeants allemands ont découvert à cette occasion qu’une Nation, ce ne sont pas seulement un marché de l’emploi et des taux de natalité ! Et nous parlons là de l’économie la plus performante d’Europe…

Avec 5 millions de chômeurs et 9 millions de pauvres, la France n’a assurément pas les moyens d’accueillir 350 000 étrangers par an, comme c’est le cas actuellement. Et moins encore quand, partout en Europe, les frontières se ferment. La France doit d’urgence revoir les conditions d’accès à son sol, en privilégiant notamment, sur une immigration familiale qui constitue le gros des entrées (91 000 titres de séjour en 2017), une immigration de travail, à l’instar de ce que font la plupart des grands pays occidentaux.

D’ici 30 ans, l’Afrique comptera 1 milliard d’habitants de plus. Le 1er continent d’émigration enregistre la plus forte croissance démographique que l’humanité ait connue dans son histoire. Et face à ce défi sans précédent, la France est toujours à la recherche d’une politique migratoire digne de ce nom…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *