Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Une coulée verte entre Trocadéro et la tour Eiffel, des capteurs de pollution dans les écoles et maintenant des forêts en plein Paris… C’est fou comme l’approche des municipales inspire la maire de Paris ! Mais puisque les forêts ne poussent pas en 9 mois, et qu’Anne Hidalgo occupe les premiers rôles à Paris depuis 18 ans, évaluons ses promesses à l’aune de son bilan. Privilège du sortant (ou malédiction, peut-être ?).

La politique environnementale d’Anne Hidalgo se résume d’une phrase : emm***** les automobilistes ! Avec les résultats catastrophiques que l’on connaît. Pour le reste, c’est-à-dire l’essentiel, c’est le néant. Ou, plus exactement, l’opposé de ce qu’elle prétend : comme l’a rappelé récemment un article très fouillé du journal Le Monde, la mairie de Paris s’est affranchie des règles, expresses et tacites, qui imposaient à tout nouveau projet d’urbanisation d’intégrer une part dédiée aux espaces verts. Résultats : rien ne s’oppose plus guère au bétonnage, y compris de zones végétalisées. Les résidents du 230 rue de Courcelles qui me lisent savent de quoi je parle (la mairie de Paris envisage d’y construire des logements sociaux en lieu et place d’une pelouse arborée*). A plus grande échelle, l’opération « Réinventer Paris » a permis à la municipalité d’encaisser plus de 600 millions d’euros grâce à la vente de terrains municipaux, dont certains vierges et, à ce titre, susceptibles d’être végétalisés. Mais à ce prix-là, on se doute que les promoteurs ne vont pas y réaliser des espaces verts…

Tout au long de son mandat, Anne Hidalgo n’a eu qu’une obsession : densifier la capitale pour financer son objectif fou de 30% de logements sociaux. Et qu’importe s’il a fallu, pour s’y approcher, artificialiser des sols naturels, abattre des arbres ou supprimer des zones de verdure. Le dogmatisme n’a pas de limite…

Aucun rideau de fumée électoral, fût-il inspiré par les mesures les plus audacieuses, ne saurait nous faire oublier ce triste bilan…

*Je vous invite à signer la pétition que les riverains du 230 rue de Courcelles ont initiée en réaction au projet de la mairie de Paris

 

 

Une réponse à Billet de la semaine : Anne Hidalgo, écolo ? Mon œil !

  • Non à ce projet . Il y a déjà assez de logements sociaux à Paris qui malheureusement ne sont pas entretenus par leurs occupants ce qui dégrade et dévalorise les quartiers . Paris est devenu sale. La proche banlieue peut être considérée . Et laissez nous les espaces verts existants , végétalisez un peu les rues de Paris Triste bilan qu’aura été celui de Mme Hidalgo. Tous les parisiens s’en plaignent a juste raison .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *