Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

« Le RPF, c’est le métro à 6 heures du soir », disait Malraux pour illustrer la sociologie de l’électorat de la droite dans les années 60. En clair, la droite c’était la France. Et plus encore la France qui travaille. Mais, depuis une dizaine d’années, la droite peine à convaincre ceux qui constituaient naguère son socle électoral : professions libérales, cadres, artisans, commerçants, patrons de TPE/PME.

Pourquoi ? Pour une raison simple : la droite n’assume pas d’être de droite. Ou alors elle ne le fait que trop partiellement. Être de droite sur les questions régaliennes (sécurité, immigration, justice), c’est bien. Mais être de droite sur le champ économique, c’est mieux. L’être sur les deux tableaux à la fois, alors c’est la garantie de « remettre l’église au milieu du village », comme l’on disait autrefois.

Que signifie être de droite sur le plan économique ? Est-ce réductible à la notion de libéralisme ? En grande partie, et il faut l’assumer fièrement, mais pas seulement. C’est considérer qu’il n’existe pas de politiques sociales sans création de richesse préalable – en somme, c’est faire l’inverse d’Emmanuel Macron qui, pensant régler la crise des gilets jaunes, a distribué 10 milliards d’euros à crédit et n’a rien réglé du tout… C’est considérer que le périmètre d’intervention de l’administration doit se limiter à l’essentiel et, en aucune manière, altérer l’initiative privée – en somme, c’est toujours accorder à la société l’avantage sur l’Etat. C’est considérer, à la façon de Margaret Thatcher, que « l’argent public n’existe pas, et qu’il n’y a que l’argent des contribuables » – en somme, c’est donner la priorité à la lutte contre la dette et les déficits excessifs qui ne sont rien d’autre que des impôts en gestation.

L’un des mérites du grand débat, c’est que la droite a repris sa route sur le chemin des idées. Et pour aller loin, elle a compris qu’elle avait besoin de ses deux jambes : l’une ferme sur les enjeux régaliens et l’autre souple sur les sujets économiques. C’est un début encourageant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *