Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

On ne peut pas se tromper indéfiniment. Il arrive toujours un moment où il faut bien reconnaître ses erreurs. Et l’erreur en l’occurrence, c’est d’avoir refusé de voir l’évidence : dans un contexte sécuritaire en constante dégradation, Paris a plus que jamais besoin d’une police municipale.

On regrettera qu’à seulement un an de la fin de son mandat, Anne Hidalgo – dont le revirement fleure bon l’opportunisme politique –  finisse par se rallier à une position que la droite défend sans relâche depuis des années (comme le prouve, encore récemment, le dépôt de la proposition de loi que j’ai rédigée sur le sujet, en lien ICI). « Mieux vaut tard que jamais », diront les plus optimistes.

Il n’empêche, le temps presse et si la maire de Paris considère qu’elle peut créer une police municipale ex nihilo, nombre de spécialistes ne sont pas de son avis. Il est même probable qu’un vote du Parlement soit nécessaire pour transférer à la mairie de Paris des compétences dévolues jusqu’alors au préfet de police. Et un vote est sans doute indispensable si l’on veut, et c’est souhaitable, qu’à l’avenir les policiers municipaux soient équipés d’armes à feu, et non uniquement de tonfas et matraques, comme le prévoit Anne Hidalgo.

En clair, il y a loin entre la déclaration, qui a tout du coup de com !, et son entrée en vigueur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *