Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Mireille Knoll a échappé de justesse à la rafle du Vel d’Hiv en 1942. 75 ans plus tard, au seuil de sa vie, la haine la plus vile et ignoble qui soit l’a finalement rattrapée. Le parquet a immédiatement retenu le mobile antisémite du crime. Une diligence dont eussent aimé bénéficier les proches de Sarah Halimi, morte, elle aussi, sous un déluge de coups motivés par la haine des juifs.

Le constat est amer : l’antisémitisme progresse et s’affiche au grand jo…ur dans nos quartiers populaires. Il pullule sur Internet dans l’indifférence la plus noire. Et une certaine intelligentsia l’alimente à coup d’appels au boycott ou de pétitions faussement antisionistes. Le sentiment grandit au sein de la communauté juive que notre République n’est plus en capacité de lui offrir la sécurité qu’elle est en droit d’attendre. Qui peut aujourd’hui lui donner tort ?

Ma conviction, c’est que le combat est d’abord un combat pour la civilisation avant même d’être répressif ou judiciaire. Il se mène à l’école et dans l’ensemble des lieux de sociabilité, à commencer par les réseaux sociaux. Il ne faut rien négliger, ne reculer devant aucune provocation, aucune injure, aucune violence. Il faut une prise de conscience à tous les niveaux de la société. Et garder présente à l’esprit l’idée que la haine des juifs n’est rien d’autre que la haine de la République.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *