Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Comme souvent en France la caricature fait lieu de débat. Et les chamailleries entre éditorialistes et intellectuels masquent la réalité. Ces jours-ci, cette déviance typiquement hexagonale s’illustre à plein au sujet de l’immigration. D’après les belles âmes de la République, la politique prônée par le gouvernement serait dure et cruelle ; voire carrément inhumaine. Ainsi, sans que personne ne se s’en soit aperçu, la France serait subitement devenu un pays tyrannique à l’encontre des migrants. Mais de qui se moque-t-on ? 43 000 demandes d’asile ont été acceptées l’an dernier et le budget de l’AME – qui permet aux étrangers illégaux de se soigner gratuitement – va augmenter de 108 millions d’euros en 2018. On a connu pire en matière d’Etat répressif !

Au fond, dans cette affaire, certains médias de gauche jouent les idiots utiles du président de la République. En lui servant leurs habituelles rodomontades sur les droits de l’homme, il ferait presque croire aux Français qu’Emmanuel Macron s’attaque de façon sérieuse à l’immigration illégale ; alors qu’en réalité il n’en est rien, ou presque. Au mieux, le gouvernement s’emploie à faire respecter plus efficacement le droit : tous ceux qui ne relèvent pas du droit d’asile ont vocation à quitter le territoire, et à le quitter effectivement (75 000 décisions d’expulsion n’ont pas été exécutées l’an passé) ; sinon à quoi sert le droit d’asile ? Au pire, il cache derrière des coups de menton sécuritaires une politique laxiste et indécise ; ce qu’atteste le vote du budget 2018 dont les crédits alloués aux expulsions et aux centres de rétention diminuent…

Le président de la République, bien aidé par ceux qui voient en lui un extrémiste, joue habilement de la communication et force son camp – plutôt réservé à l’égard de sa politique – à faire bloc face aux critiques et aux indignations. Mais rien dans ce qu’il dit, et moins encore dans ce qu’il fait, ne répond véritablement aux enjeux d’un phénomène migratoire sans précédent en Europe depuis 70 ans, et qui promet encore de s’accentuer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *