Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

La semaine a débuté par une surprise : l’indéboulonnable Angela Merkel vacille sur son trône. La chancelière paie sa décision unilatérale d’accueillir plus d’un million de réfugiés qui n’a été comprise ni des allemands ni de ses partenaires européens. Elle paie aussi les années passées à la tête d’une coalition droite/gauche qui a ouvert un boulevard à l’extrême-droite et réduit le débat politique à un sujet unique : « pour ou contre Merkel ». La crise Outre-Rhin est une double leçon pour la France : 1/ notre système électoral permet de dégager des majorités nettes ; les apprentis sorciers qui voudraient introduire ne serait-ce qu’une dose de proportionnelle voient où mène ce genre d’expérience. 2/ les clivages politiques traditionnels demeurent un vecteur essentiel de la démocratie ; « et de droite et de gauche » favorise les extrêmes et conduit à la paralysie. A bon entendeur.

Autre mauvaise surprise, mais celle-là plus prévisible : en 2018, la France sera le seul pays de la zone euro à ne pas se désendetter. Le déficit progressera même de 7,3 milliards par rapport à 2017. Emmanuel Macron fait pire que François Hollande, c’est dire… Mais qui dit déficit record dit fiscalité record. La France est classée 2ème sur 35 pays parmi les plus riches du monde en matière de matraquage fiscal. Il est des podiums dont on aimerait descendre. Malheureusement, ce n’est pas le chemin qu’emprunte le gouvernement. Un seul chiffre : l’an prochain, 1600 fonctionnaires ne seront pas remplacés ; loin, très loin des 120 000 non-remplacements promis par Emmanuel Macron durant sa campagne.

Un dernier sujet pour conclure : le Sénat a mis au jour le double-langage d’Emmanuel Macron sur l’immigration. En façade, le président se montre ferme : tous les immigrés illégaux condamnés pour délit seront immédiatement expulsés. En coulisses, le gouvernement fait voter une baisse des crédits alloués aux expulsions. En 2016, 75 000 illégaux condamnés à quitter le territoire sont restés en France. Ils seront encore plus nombreux l’année prochaine. Et « en le même temps », la majorité macroniste vote une hausse de 18% de l’aide médicale d’Etat (910 millions d’euros en tout) qui bénéficient déjà à plus de 300 000 immigrés en situation irrégulière. On marche sur la tête !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *