Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Le président de la République a eu raison d’inciter « la justice à faire toute la lumière sur la mort de Sarah Halimi », lors du discours qu’il a prononcé hier en hommage aux déportés du Vel d’Hiv. Et d’autant plus raison qu’il a associé le nom de Sarah Halimi à ceux des récentes victimes juives du terrorisme islamiste. Des Français assassinés parce que juifs.

A peine élue députée, j’ai saisi le ministre de l’Intérieur pour qu’il lève les zones d’ombre qui planent autour de ce meurtre odieux – déroulement précis des faits, rôle de la police, etc. –, dont la justice tarde à reconnaître le caractère à la fois antisémite et prémédité.

J’ose espérer que l’impulsion donnée par le président se traduira rapidement dans les faits. Il en va du respect dû non seulement à la victime et à ses proches, mais également à la société dans son ensemble qui doit connaître la vérité sur la menace qui rôde.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *