Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Dans le cadre de son activité de contrôle du gouvernement, un député a la possibilité d’interroger par écrit le gouvernement sur tout sujet qu’il juge important. J’ai choisi de consacrer ma 1ère question au meurtre abominable de Sarah Halimi sur lequel de nombreuses zones d’ombre persistent, notamment quant à la qualification des faits.

 

Question n° 27-00044

Mme Brigitte Kuster rappelle à M. le ministre d’État, ministre de l’intérieur que le 4 avril dernier, Madame Sarah Halimi a été torturée et assassinée par un individu dont le caractère antisémite et prémédité des motivations ressort avec la force d’une évidence ; même si à ce jour la justice n’a toujours pas retenu ces qualifications. De nombreuses zones d’ombre subsistent autour de ce crime atroce, mais c’est le silence des autorités politiques et judiciaires qui, en 1er lieu, suscitent l’indignation des proches de la victime et au-delà d’une communauté toujours croissante d’anonymes et de personnalités qui se mobilisent pour que la vérité soit dite ; comme en atteste l’appel des 17 intellectuels publié le 6 juin dans Le Figaro. Le ministre de l’intérieur est l’autorité la mieux qualifiée pour dire cette vérité ou, à tout le moins et dans le strict respect de la procédure judiciaire en cours, pour renseigner les Français sur la véritable nature de l’acte dont Madame Sarah Halimi a été la victime, et dont tout indique qu’il ne peut être traité comme un simple et abominable fait divers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *