Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Le tour de passe-passe a déjà fait ses preuves par le passé : au terme d’une campagne victorieuse (et généralement riche en promesses), le pouvoir fraîchement émoulu découvre, par le biais de la Cour des Comptes, « une ardoise cachée » dans les comptes de la Nation. Un trou béant que le gouvernement précédent s’est bien gardé de rendre public, et qui oblige la nouvelle équipe à revoir ses plans, autrement dit à en rabattre sur ses engagements les plus généreux. Exit donc les promesses  intenables. Imparable.

Sauf qu’ici, difficile pour le gouvernement de faire comme s’il tombait des nues en découvrant le chèque en bois de 8 milliards d’euros signé par François Hollande lors de sa dernière année à l’Elysée. Et pour cause : Emmanuel Macron était alors son ministre de l’Economie. Il l’était jusqu’à la fin août 2016 et, à ce titre, avait par définition connaissance de ses propres arbitrages budgétaires. On l’imagine volontiers plus préoccupé par sa candidature naissante à la présidentielle, mais pas au point, tout de même, d’ignorer de telles dérives.

« C’est la faute à Hollande ». Le gouvernement a trouvé le coupable idéal pour tenter de se débarrasser des encombrantes promesses du candidat Macron (suppression de la taxe d’habitation et autres baisses de charges). Coupable certes, mais un coupable qui bénéficiait alors de complices dont l’actuel locataire de l’Elysée n’est pas le moins emblématique…

A quelques heures de son discours au Congrès, le président de la République doit sortir de l’ambiguïté où il évolue à son aise et dire maintenant comment il inscrit ses choix politiques dans le cadre de ce contexte budgétaire extrêmement contraint. Il est temps que « Jupiter » atterrisse !

Pour mémoire : la dette publique s’établit à 2209,6 milliards d’euros au 1er trimestre 2017 (96,3% du PIB). Elle s’est creusée de 341,6 milliards d’euros sous le quinquennat de François Hollande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *