Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Partout en Europe : Paris, Bruxelles, Nice, Berlin, Stockholm, Manchester, Londres, le terrorisme islamiste frappe à une cadence infernale. La barbarie vient hanter notre quotidien au point qu’une forme d’accoutumance à l’horreur s’installe. Mais le fatalisme n’est pas permis en la matière. Priorité des priorités : rehausser de toute urgence nos dispositifs de sécurité et de prévention.

L’attention se focalise généralement sur l’état d’urgence qui, pour indispensable qu’il soit, ne doit pas être l’alpha et l’oméga de nos politiques sécuritaires. Des problèmes urgents sont en suspens depuis trop longtemps. Que faire des étrangers liés à la mouvance islamiste ? Quelle surveillance pour les fichés S réputés les plus dangereux ? Et, plus globalement, comment garantir une meilleure sécurité du territoire face la menace ?

Aux deux premières questions, je réponds sans ambiguïté : il faut expulser automatiquement les étrangers en lien avec des mouvements terroristes, et cela commence dès la consultation de sites Internet djihadistes, et mettre sous surveillance électronique et physique les individus les plus radicalisés. Il faut agir avec détermination et fermeté. Maintenant !

La 3ème question est plus complexe et sensible. Après chaque attentat, on constate avec quelle facilité les terroristes se jouent de nos frontières et tirent profit du manque de coordination des polices européennes. Et pour cause : l’espace Schengen n’est pas ouvert aux seuls honnêtes citoyens… Tant que l’UE ne se sera pas dotée d’un instrument efficace de lutte contre le terrorisme, il est nécessaire de rétablir et de renforcer les contrôles aux frontières. Une mesure indispensable qui doit se doubler d’un dispositif complémentaire : la déchéance de nationalité pour les terroristes partis combattre à l’étranger.

La réponse à la menace terroriste a été littéralement occultée des débats électoraux, alors qu’elle est au cœur des préoccupations des Français. Un silence qui cache le vide du projet d’Emmanuel Macron. Il est temps que chacun dise clairement ce qu’il fera en la matière. Le projet que nous portons aux législatives est celui qui donne à la France les meilleures armes pour lutter efficacement. Je m’engagerai à l’Assemblée nationale à porter des propositions fortes et attendues pour protéger les Français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *