Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Une province belge peut, seule, mettre à mal des années de négociations commerciales avec le Canada. La Wallonie, 3,4 millions d’habitants, peut parfaitement contester à l’UE, 510 millions d’habitants, le droit de contracter avec l’un de ses partenaires les plus importants.

L’affaire est tout sauf anodine. Non seulement l’UE est en proie à des crises terribles (Brexit, flux migratoires massifs, etc.) qui la laissent le plus souvent impuissante, mais elle se révèle maintenant incapable de conclure des traités commerciaux qui sont, pourtant, le cœur de sa vocation historique.

Lors de la campagne du Brexit, l’un des arguments forts des tenants du « REMAIN » consistait à dire qu’en dehors du marché commun, le Royaume-Uni aurait les pires difficultés à signer des traités de libre-échange. Preuve est faite que les choses ne sont pas plus commodes à l’intérieur… Et dire qu’une vingtaine d’accords commerciaux sont encore sur la table des négociations à Bruxelles.

Il ne faut surtout pas minimiser les risques que les crises que traverse actuellement l’UE font peser sur son avenir. La sortie des britanniques a brisé un tabou psychologique : le divorce avec l’Europe est dorénavant possible. Une brèche s’est ouverte dans laquelle nombre de partis populistes n’ont pas tardé à s’immiscer, avec des résultats électoraux très significatifs, comme en Allemagne ou au Danemark.

C’est dans la tempête qu’il faut se remémorer les raisons profondes de la création de l’Union : la paix sur le continent et le relèvement du niveau de vie des peuples. Deux objectifs qui ont été atteints pour des centaines de millions d’Européens. Il ne faut pas laisser cet héritage mis à sac par les égoïsmes nationaux. Mais l’Union doit aussi savoir se remettre en question et cesser de se caricaturer elle-même. Elle doit montrer aux peuples qu’elle défend leurs intérêts et l’identité européenne. Il est temps qu’un grand projet politique européen émerge enfin. C’est d’ailleurs ce que Nicolas Sarkozy propose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *