Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

François Hollande ne peut pas dire qu’il est candidat. Pas avant que la courbe du chômage ne s’inverse – et c’est mal parti ! Ou, à tout le moins, que les artifices comptables qu’il a mis en œuvre (comme le transfert massif des chômeurs inscrits en catégorie A vers la catégorie D, celle des formations) ne lui permettent de tordre avantageusement la réalité.

Mais le temps presse. Ses deux anciens ministres de l’Economie, Montebourg et Macron, battent la campagne pour lui faire barrage. Deux lignes antagonistes, mais un même constat : François Hollande a dirigé la France sans cap ni perspective.

Le temps presse, donc. Et son impopularité bat des records. Il faut donc faire campagne et occuper le terrain à tout prix. Le président de la République sonne le rappel de ses derniers soutiens pour lancer le site notreidéedelafrance.fr qui, après les pittoresques « Hé oh la gauche ! » et « La Belle Alliance Populaire », est une nouvelle incongruité destinée à susciter l’adhésion autour de sa candidature ; pourtant rejetée à 90% par l’opinion.

Une tentative vouée au même échec que les précédentes, tant elle paraît déconnectée de ce que vivent les Français. Avec 50 200 chômeurs supplémentaires au mois d’août, chacun sait pertinemment où mène les idées de François Hollande pour la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *