Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Un coup de tonnerre dans le ciel orageux de l’Europe. Les britanniques ont choisi de quitter l’UE. Une rupture avec le continent. Une rupture en plein cœur du pays : mis à part Londres, l’Ecosse et l’Irlande du Nord, le pays profond a plébiscité le « LEAVE ». L’unité du royaume est en jeu et l’édifice européen sérieusement ébranlé.

Pour la 1ère fois de son histoire, l’Union rétrécit. C’est un avertissement sans précédent pour la classe dirigeante européenne. Et la pire des choses serait de considérer ce choix comme isolé en Europe. Une autocritique s’impose. Elle concerne au 1er chef les leaders nationaux qui ont tôt fait de mettre toutes leurs difficultés sur le dos de l’Europe. Mais aussi la bureaucratie bruxelloise qui s’opacifie à mesure que l’Union s’élargit. L’Europe doit maintenant faire la preuve de son efficacité, et notamment sur les politiques migratoires, où règne actuellement la cacophonie la plus totale. Il est impossible de susciter un sentiment d’appartenance sans obtenir auparavant des résultats concrets.

L’UE est un projet politique unique dans l’histoire. Jamais aucune alliance entre Etats n’a été aussi loin. Mais elle est aujourd’hui menacée. Le temps de la refondation d’une Europe qui place les européens au cœur de son projet est venu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *