Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Après avoir expliqué qu’un président sortant ne pouvait se soumettre à une primaire, voilà que subitement l’exercice est avalisé par François Hollande lui-même. Nul doute qu’il a su obtenir de Solferino les garanties indispensables à sa participation ; autrement dit l’organisation d’une primaire tardive (en attendant l’inversion de la courbe du chômage) et la plus fermée possible (réservé aux « partis de gouvernement »).

Son cadre d’expression : « la belle alliance populaire », appellation grandiloquente pour qualifier ce qui reste du PS et de ses derniers alliés écologistes et radicaux, prête franchement à sourire tant la gauche est aujourd’hui morcelée. D’ailleurs, de Mélenchon à EELV, le refus de concourir à « cette mascarade » est unanime.

Mais là n’est sans doute pas la priorité de François Hollande, qui a définitivement tiré un trait sur la gauche radicale. La primaire présente à ses yeux plusieurs avantages de poids. Primo, contraindre les frondeurs du PS à jouer le jeu d’un scrutin qu’ils ont eux-mêmes exigé, mais pour lequel ils ne sont manifestement pas préparés – il y a en leur sein autant de candidats putatifs que de députés contestataires. Deuxio, tuer dans l’œuf la petite marche d’Emmanuel Macron qui a tout à perdre à participer à une primaire, mais qui ne pourra pourtant pas y échapper s’il compte porter son propre projet. Tertio, et c’est là l’essentiel, regagner auprès des siens une légitimité que les Français ne lui reconnaissent plus.

Il s’agit en réalité d’un retour à la case départ pour François Hollande. Une véritable humiliation pour un président sortant qui sera confronté à plusieurs de ses anciens ministres et à des candidats plus ou moins sérieux. Un désaveu qu’il compte pourtant retourner à son avantage avec l’art consommé qui est le sien des manœuvres politiciennes. Reste que s’il imagine qu’une primaire, fût-elle taillée à sa mesure, suffira à effacer des mémoires son bilan calamiteux à la tête de l’Etat, alors il se trompe très lourdement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *