Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Détailler les réformes que nous pourrions faire en 2017 est essentiel. Définir ce que signifie être Français aujourd’hui l’est tout autant. Voilà, en somme, le message qu’a voulu délivrer Nicolas Sarkozy à Lille, où j’ai eu la chance de l’accompagner.

Le président des Républicains appelle la France à ne pas renoncer à ce qui fait sa force : son identité, et à son unité : la nation. Qu’est-ce que la France sans identité ni nation ? Un pays sans âme où règnerait « la tyrannie des minorités ». Une tyrannie qui, malheureusement, sévit déjà parmi nos élites et qui porte le sceau du multiculturalisme ; autrement dit d’une « idéologie post-nationale » où la France est vouée à disparaître corps et âme. Gommée littéralement par les intérêts particuliers et les communautés.

Ce cancer communautariste a déjà gangréné nombre de nos territoires – les « territoires perdus de la République » -, et menace de se propager au-delà. Une progression inquiétante où la majorité s’efface devant les minorités ; où un syndicat ultra-minoritaire bloque l’économie de tout un pays ; où une poignée de casseurs fait la loi dans la rue ; où des groupuscules s’opposent à la justice ; où des radicaux mettent des quartiers en coupes réglées, etc.

Face au délitement qui s’installe, Nicolas Sarkozy en appelle avec force au « réveil de la nation » qui ne doit plus s’excuser d’être ce qu’elle est. La France peut s’enorgueillir d’une histoire et d’une culture qui font l’admiration du monde entier. Battons-nous pour elle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *