Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

François Hollande s’est livré ce matin sur Europe 1 à un véritable exercice d’autosatisfaction. Manifestement, le président entendait décliner sur les ondes la séquence du « ça va mieux », inaugurée mi-avril sur France2. Son bilan dément pourtant cet optimisme de façade.

Prenons les impôts. François Hollande se vante d’avoir fait baisser la fiscalité sur les ménages et les entreprises. Des baisses certes, mais qui suffisent à peine à compenser les hausses votées au début du quinquennat (+ 30 milliards d’euros en 2 ans, tout de même !). Idem s’agissant du chômage. François Hollande évoque 50 000 chômeurs en moins depuis le début de l’année. Un frémissement sans doute – qui s’explique pour l’essentiel par la politique monétaire de la BCE et la baisse du prix du baril -, mais qui ne parviendra pas à occulter la réalité : + 700 000 chômeurs depuis 2012. Ni à supporter la comparaison avec nos voisins européens : en 2015, le nombre de chômeurs a reculé de 350 000 en Espagne et de 203 000 en Italie. Quant à l’Allemagne, syndicats et patronat viennent de signer un accord prévoyant une hausse de 4,8% des salaires dans le secteur de l’industrie. Inimaginable en France ! Et pour cause : François Hollande n’a pas engagé les réformes qui font le succès de nos voisins, comme, pour n’en citer qu’une seule, le « Jobs Act » italien qui instaure un CDI à protection croissante dans le temps. A défaut de courage, le président en est quitte pour la politique de l’autruche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *