Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Un mot vient immédiatement à l’esprit concernant l’action de Christiane Taubira : laxisme. Sa réforme pénale de 2014 est un modèle du genre : suppression des peines planchers, contrainte et césure pénales, libération sous contrainte, etc. Un cortège de mesures qui s’est traduit par un affaiblissement de la réponse pénale et de l’exemplarité de la sanction. Or, partout où la justice recule, c’est l’impunité qui gagne du terrain. Partout où la justice faiblit, c’est l’autorité de l’Etat qui recule.
Un autre mot vient ensuite : incohérence. Qu’il s’agisse du débat sur la PMA, des orientations économiques du gouvernement, de la loi sur le renseignement ou encore du projet de révision constitutionnelle sur l’état d’urgence, Christiane Taubira ne s’est jamais gênée pour critiquer ouvertement les choix de François Hollande.

Il aura donc fallu attendre plus de 3 ans avant qu’elle choisisse de mettre ses actes en conformité avec ses paroles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *