Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Une délinquance qui progresse partout, et des prisons qui se vident. Voilà le triste bilan de la politique conduite par Christiane Taubira après 3 ans passés au ministère de la Justice.
Une baisse significative du nombre de détenus (moins 1600 en 2015) qui, contrairement à ce qu’a pu prétendre la Garde des Sceaux, ne s’explique pas par un recours accru aux peines alternatives, qui baissent elles aussi, mais bien par l’affaiblissement de la justice pénale, orchestré par sa réforme de 2014 et son cortège de mesures laxistes : suppression des peines planchers, contrainte pénale, libération sous contrainte, césure pénale, etc.
Des mesures qui permettent non seulement à des délinquants récidivistes de bénéficier de peines plus courtes, quand ils ne se voient pas tout simplement dispenser de séjour en prison, mais qui, surtout, adressent un message d’impunité à tous ceux qui seraient tenter de basculer dans la délinquance.
L’exemplarité d’une sanction pénale se mesure avant tout par son caractère dissuasif et préventif, et les policiers sur le terrain le savent mieux que personne.

Christiane Taubira a manifestement atteint l’objectif qu’elle s’était fixé : faire diminuer le nombre de prisonniers, mais sans pour autant faire diminuer le nombre de délinquants. La France peut se préparer à des lendemains difficiles en termes de sécurité.

Actus en relation

TGI aux Batignolles : le gouvernement confirme l’engagement de l’Etat

Brigitte Kuster, maire du 17e, se félicite que le gouvernement confirme enfin l’arrivée du …

TGI aux Batignolles : Christiane Taubira doit réaffirmer l’engagement de l’Etat

Brigitte Kuster, maire du 17e, a saisi par courrier la ministre de la Justice afin qu’elle …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *