Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Le plan anti-pollution d’Anne Hidalgo présente des avancées. Difficile de dire le contraire puisqu’il  reprend des propositions de Nathalie Kosciusko-Morizet pendant les municipales. Il s’agit donc d’un premier pas, même s’il est encore insuffisant au regard des véritables enjeux.

Mais là où le bât blesse, c’est lorsqu’Anne Hidalgo se réjouit des efforts consentis par la mairie de Paris en matière de prolongement des lignes de métro et RER. Une autosatisfaction totalement déplacée quand on sait que les travaux de la ligne 14 ont pris deux ans de retard sans que la mairie de Paris s’en émeuve outre mesure. Comment dès lors peut-on qualifier la ZAC Clichy-Batignolles d’éco-quartier si les transports en commun ne sont pas au rendez-vous ? Et comment soulager les usagers de la ligne 13 totalement saturée ? Ce retard n’est tout simplement pas acceptable, et les incantations d’Anne Hidalgo sur le sujet le sont encore moins !

De la même façon, Brigitte Kuster attend que la mairie de Paris s’engage clairement sur le projet de prolongement du RER E. L’engagement financier de la mairie de Paris dans la réalisation du chantier n’est toujours pas au rendez-vous. Cette incertitude doit être levée au plus vite pour réaffirmer clairement l’ambition de l’interconnexion T3 / RER E en 2020 à la Porte Maillot.
Inciter les Parisiens à abandonner leur voiture est illusoire si, en parallèle, l’offre de transports n’est pas renforcée et améliorée. Force est de constater qu’en la matière les beaux discours sont très éloignées des réalités.

Une réponse à PLAN ANTI-POLLUTION : le compte n’y est pas en matière de transports en commun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *