Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Un nouveau front s’ouvre dans la guerre des Deux Roses entre anciens et modernes au PS : celui de la suppression de l’encadrement des loyers prévue par la loi Duflot. Mais derrière cette énième bataille idéologique, c’est l’avenir du marché immobilier qui se joue. Car si l’on s’en tient à l’adage : « Quand l’immobilier va, tout va », le moins qu’on puisse dire c’est que la situation est préoccupante. Baisse de 20% des ventes dans l’ancien en 2 ans et de 19% du nombre de logements neufs mis en chantier en 1 an. Un recul qui s’explique en grande partie par la loi Duflot, dont l’encadrement des loyers est le symbole le plus fort.

Cette mesure phare a donc été annulée par Manuel Valls. Partout en France, sauf à Paris où elle n’est plus guère conservée qu’à titre expérimental. C’est donc la fin partielle (même si Lille et Grenoble demandent aussi à l’appliquer), et sans doute aussi programmée, d’un dispositif qui se serait à coup sûr révéler désastreux pour le marché immobilier tétanisé par la crise et le mastodonte réglementaire que lui impose déjà ladite loi (selon la FNAIM, la masse des documents à fournir par le vendeur lors d’une promesse de vente peut parfois atteindre 1 kilo !)

L’encadrement des loyers, à défaut d’être la mesure de bon sens vantée par Cécile Duflot, n’aurait en réalité fait qu’accentuer la pénurie de biens disponibles et la dégradation du parc privé. Pire, cette politique de planification n’aurait certainement pas incité les investisseurs institutionnels – Caisse des Dépôts, banques, assurances, – à revenir sur le marché du locatif (et notamment du logement intermédiaire).

Ce que ne veulent pas admettre les défenseurs de la mesure, c’est que l’immobilier n’échappe pas aux règles du marché et que ce n’est pas l’appât du gain – à la très condamnable exception des marchands de sommeil et de quelques spéculateurs sans scrupule – qui explique la hausse des prix et des loyers, mais la pénurie de biens. La solution n’est donc pas la contrainte, mais l’incitation et l’accompagnement. Inciter à construire plus et mieux ; inciter à transmettre ses biens à ses enfants ; accompagner le développement des réseaux de transports ; accompagner la création de services publics dans les zones moins denses au sein des métropoles, etc.

Actus en relation

Manuel Valls : un peu plus d’actions et un peu moins de polémiques !

« Populisme » : Manuel Valls n’a désormais que ce mot à la bouche. Quant à sa déclaration …

Prolongement de la ligne 14 : pour le maintien du calendrier d’ouverture en 2017

Pétition adressée à Manuel Valls, Premier ministre, Jean-Paul Huchon, président du STIF et …

Tant d’impôts, mais pourquoi faire ?

30 milliards d’impôts supplémentaires en 2 ans. Et le déficit court toujours (80,8 milliar …

Manuel Valls : véritable changement ou simple apparence ?

François Hollande a joué son Joker en nommant Manuel Valls à Matignon. Au risque de tomber …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *