Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Le traitement judiciaire que subit actuellement Nicolas Sarkozy n’est pas seulement inédit, il est hors de toute proportion. Son placement en garde à vue n’était justifié ni par la nature de l’affaire pour laquelle il est entendu, ni par le statut même de l’intéressé.

Priver de la sorte un justiciable de liberté doit être motivé par les nécessités de l’enquête. Nicolas Sarkozy n’a, en l’occurrence, jamais refusé de coopérer avec la justice. Les deux juges d’instruction craignaient-elles sérieusement de le voir se soustraire à la justice ?

Rien ne les obligeait à le placer en garde à vue, si ce n’est la volonté manifeste de lui faire subir une procédure infamante. Un traitement, de l’aveu même du bâtonnier de Paris, plus volontiers employé « dans le cadre d’un crime de sang, d’une affaire de terrorisme ou de corruption à l’échelle internationale ». Il faut y ajouter la garde à vue de son avocat, qui n’a donc pas pu l’assister tout au long des 15 heures d’audition qu’il a passées à Nanterre.

Mais le pire dans tout cela, c’est que toute la procédure repose sur des écoutes téléphoniques dont la légalité est très largement sujet à caution.

Le mot d’acharnement revient en boucle pour qualifier le comportement des juges à l’égard de Nicolas Sarkozy. Un terme sans doute encore un peu tiède.

Actus en relation

Manuel Valls : un peu plus d’actions et un peu moins de polémiques !

« Populisme » : Manuel Valls n’a désormais que ce mot à la bouche. Quant à sa déclaration …

La main de la France ne doit plus trembler face à la barbarie

A chaque fois la même sidération nous saisit. A chaque fois le même sentiment de plonger u …

Le Pass Navigo unique se fera au détriment de priorités autrement plus urgentes

Moderniser le réseau de transports ou céder aux petits calculs politiciens ? Jean-Paul Huc …

Les vraies raisons de la nouvelle politique tarifaire d’Anne Hidalgo

Anne Hidalgo a décidé de faire les poches aux familles ayant de « très hauts revenus ». El …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *