Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

La CGT et SUD-rail montrent du syndicalisme le pire visage qui soit. Celui d’un égoïsme forcené que rien, ni personne ne peut détourner de son objectif premier : défendre à tout prix ses privilèges. Tant pis pour les bacheliers ! Tant pis pour les millions de voyageurs pris en otage ! Et tant pis pour les 30 millions d’euros déjà perdus par les seules entreprises franciliennes ! Pas une pensée pour les 5,5 millions de chômeurs. Ni une once de patriotisme face à la crise que traverse la France. N’y comptez pas. Seule vaut la défense des droits acquis (et ils sont, en l’occurrence, nombreux !). L’intérêt général est dérisoire. Superflu.

L’incompréhension est d’autant plus forte que rien ne justifie un mouvement d’une telle ampleur. Le projet de loi ferroviaire ne fait même pas mention du statut ultra-privilégié des cheminots. Le texte se contente de réorganiser le secteur du rail qui en a bien besoin, tant sur le plan de l’entretien du réseau (le terrible accident de Bretigny est dans toutes les mémoires) que de la gestion financière (la dette de la SNCF se creuse d’1,5 milliard d’euros par an !). Le projet est sans doute imparfait – et c’est le rôle du Parlement de l’amender -, mais jamais il ne nécessitait une grève aussi dure et pénalisante.

Les syndicalistes de la CGT et de SUD-rail parient maintenant sur le pourrissement du mouvement. Ils se disent que la France est si faible qu’elle ne pourra supporter la paralysie un jour de plus. Un pari contre leur propre pays, en somme. Mais ils vont tomber sur un os. Les Français ne veulent pas céder au chantage et imposent au gouvernement de tenir bon. Coûte que coûte.

Actus en relation

Manuel Valls : un peu plus d’actions et un peu moins de polémiques !

« Populisme » : Manuel Valls n’a désormais que ce mot à la bouche. Quant à sa déclaration …

Le Pass Navigo unique se fera au détriment de priorités autrement plus urgentes

Moderniser le réseau de transports ou céder aux petits calculs politiciens ? Jean-Paul Huc …

Les vraies raisons de la nouvelle politique tarifaire d’Anne Hidalgo

Anne Hidalgo a décidé de faire les poches aux familles ayant de « très hauts revenus ». El …

RETARD DANS LE PROLONGEMENT DE LA LIGNE 14 : LA MAIRIE DE PARIS AUX ABONNES ABSENTS

Brigitte Kuster a posé aujourd’hui la question d’actualité du groupe UMP au conseil de Par …

Une réponse à Grève à la SNCF : l’expression du pire syndicalisme qui soit

  • Je me permets de répondre à votre communiqué car ce qui se trame aujourd’hui a la SNCF (la privatisation avec impossibilité de renationalisation), le redécoupage des régions en France et dans les autres pays d’Europe (ce qui aboutira aux Etats-Unis d’Europe) et tout le reste n’est que le début de ce qui va toucher la France dans les années à venir . Il est difficile d’imaginer aujourd’hui ce qu’on nous réserve pour demain car le commun des mortels n’a pas accès aux informations et aux textes imaginés par le gouvernement européen mais je pense que nous devons bien préparer nos enfants car leur avenir sera plus difficile que le notre (notre présent étant déjà bien plus difficile que celui de nos parents)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *