Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Le gouvernement a décidément un problème avec le Grand Paris. En 2012 déjà, Cécile Duflot, alors ministre en charge du dossier, avait supprimé en catimini un milliard d’euros destiné à financer le réseau Grand Paris Express. Valérie Pécresse avait fort heureusement mis à jour la manœuvre et dénoncé la stratégie du gouvernement consistant à enterrer en toute discrétion la réforme initiée par Nicolas Sarkozy en 2009. Mais c’était sans compter sur l’attachement des élus locaux de tous bords à ce projet qui est d’abord le leur. Sous la pression, Jean-Marc Ayrault avait finalement confirmé, le 6 mars 2013, le soutien financier de l’Etat.

Mais depuis les actes se font toujours attendre. Et l’inquiétude grandit. Au point que c’est même un élu de gauche, en l’occurrence le vice-président écologiste chargé des transports à la région, qui tire la sonnette d’alarme. D’après lui, sans un engagement financier rapide de l’Etat, le Grand Paris Express risque bel et bien de rester à quai. Déjà la SNCF et RFF prévoient, si les budgets ne sont pas bouclés d’ici l’été, de dissoudre les équipes qui travaillent sur le prolongement du RER E et de la ligne 11. Jamais l’avenir de la réforme n’a semblé autant menacé.

Presque deux mois après le remaniement ministériel, on ne sait toujours pas qui fait quoi au gouvernement. Plusieurs ministres, dont Ségolène Royal et Arnaud Montebourg, se disputent encore le pilotage de la réforme. Les services du Premier ministre eux-mêmes ne sont pas au point. Manuel Valls, qui rencontre Jean-Paul Huchon samedi, vient à la va-vite de nommer un conseiller chargé de l’épauler sur le dossier. C’est dire si le Premier ministre, pourtant élu depuis plus de 25 ans en Île-de-France, n’a pas immédiatement pris la mesure des enjeux…

Espérons que la rencontre Valls/Huchon permettra de clarifier la situation. Le gouvernement doit s’engager sans ambiguïté à poursuivre ce projet fondamental pour l’avenir de l’Île-de-France. Et si le Premier ministre a encore des doutes, qu’il se souvienne que les transports restent la priorité n°1 des Franciliens.

Actus en relation

Manuel Valls : un peu plus d’actions et un peu moins de polémiques !

« Populisme » : Manuel Valls n’a désormais que ce mot à la bouche. Quant à sa déclaration …

Le Pass Navigo unique se fera au détriment de priorités autrement plus urgentes

Moderniser le réseau de transports ou céder aux petits calculs politiciens ? Jean-Paul Huc …

Les vraies raisons de la nouvelle politique tarifaire d’Anne Hidalgo

Anne Hidalgo a décidé de faire les poches aux familles ayant de « très hauts revenus ». El …

RETARD DANS LE PROLONGEMENT DE LA LIGNE 14 : LA MAIRIE DE PARIS AUX ABONNES ABSENTS

Brigitte Kuster a posé aujourd’hui la question d’actualité du groupe UMP au conseil de Par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *