Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

31 listes aux élections européennes pour la seule région Île de France. Une vingtaine en moyenne dans chacune des 8 circonscriptions de France. Manifestement, l’intérêt des candidats pour l’Europe est  inversement proportionnel à celui des électeurs ; du moins si l’on en croit les sondages qui prédisent une abstention record le 25 mai prochain. Cette avalanche de listes – dont les ¾ ne présentent pas le moindre rapport avec l’Europe – prêterait plutôt à sourire, si elle n’était, en réalité, la preuve d’un dysfonctionnement démocratique profond.

Tellement facile d’accès (listes courtes – 30 candidats par liste pour 12 millions de Franciliens ! -, aucun parrainage exigé, etc.), le scrutin européen est devenu le terrain de jeu de tous ceux qui veulent faire entendre leur voix à tout prix. La plupart des listes présentes ne recueilleront que quelques poignées de suffrages, mais peuvent pourtant, le temps d’une campagne et à égalité de temps de parole avec les grands partis, exprimer à loisir leurs revendications et rendre cette campagne un peu plus inaudible encore.

Il faut voir les linéaires de panneaux électoraux qui s’étalent sur presque 80 mètres le long des écoles de Paris pour le croire ! Des panneaux qui, pour la plupart, n’accueilleront pas la moindre affiche (beaucoup de candidats n’ayant même pas les moyens d’en imprimer).

Est-ce vraiment rendre service à la démocratie que de la laisser se caricaturer ainsi ? Non, bien entendu. C’est toujours la voix la plus forte qui couvre toutes les autres quand le vacarme se fait assourdissant. La voix la plus forte qui est aussi, malheureusement, devenue, en France et ailleurs, la voix la plus agressive : celle du populisme et du rejet de la construction européenne.

« La démocratie est le pire des régimes, à l’exception de tous les autres », disait fort à propos Churchill. Le pire, car la démocratie donne parfois le sentiment de tout faire pour se nuire à elle-même…

Actus en relation

Manuel Valls : un peu plus d’actions et un peu moins de polémiques !

« Populisme » : Manuel Valls n’a désormais que ce mot à la bouche. Quant à sa déclaration …

Le Pass Navigo unique se fera au détriment de priorités autrement plus urgentes

Moderniser le réseau de transports ou céder aux petits calculs politiciens ? Jean-Paul Huc …

Les vraies raisons de la nouvelle politique tarifaire d’Anne Hidalgo

Anne Hidalgo a décidé de faire les poches aux familles ayant de « très hauts revenus ». El …

RETARD DANS LE PROLONGEMENT DE LA LIGNE 14 : LA MAIRIE DE PARIS AUX ABONNES ABSENTS

Brigitte Kuster a posé aujourd’hui la question d’actualité du groupe UMP au conseil de Par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *