Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Il n’y a pas que l’air qui soit pollué à Paris. Les relations entre socialistes et écologistes le sont tout autant !

Anne Hidalgo a été cruellement prise en défaut par l’énorme pic de pollution qui vient de frapper Paris et sa banlieue. Alors que sa campagne ronronnait paisiblement, voilà qu’elle s’est trouvée contrainte de prendre une décision urgente. Il lui aura fallu une semaine ! Une semaine pour que le gouvernement qu’elle soutient ordonne une journée de circulation alternée. Une décision prise alors que les pics les plus forts de pollution étaient déjà passés (notamment le vendredi 14 mars).

Une mesure qui, même si elle a fonctionné à court terme, révèle au fond l’amateurisme total dont ont fait preuve le gouvernement et la mairie de Paris. Interdire à une voiture de circuler au seul motif que sa plaque comporte des chiffres impairs, et ce sans tenir aucun compte ni de son gabarit, ni de sa consommation, est non seulement injuste mais inefficace. Le propriétaire d’un vieux 4×4, immatriculé 171VM75, qui consomme 20 litres aux 100km a pu circuler librement toute la journée d’hier, par contre le propriétaire d’une petite citadine de dernière génération, immatriculée 192W75, a dû rester au garage ! On marche sur la tête.

Mais le plus révélateur dans cette affaire, c’est la réaction d’Anne Hidalgo qui, au-lieu de reconnaître les erreurs flagrantes de sa gestion, s’en prend sans raison au vice-président écologiste de la commission des transports de la région Île-de-France. Son crime : avoir signé l’achat de 320 nouveaux bus diesel (les fameux dont NKM dénonce depuis des mois l’acquisition) destinés à circuler dans Paris. Une décision que la mairie de Paris a approuvée depuis le début. L’intéressé n’a d’ailleurs pas tardé à faire connaître son intention de poursuivre Anne Hidalgo en diffamation et Cécile Duflot – qui entretient les pires relations avec la candidate PS depuis que cette dernière s’est opposée (en vain) à son parachutage électoral à Paris – a dénoncé, quant à elle, un « scandale inouï ».
Je ne veux pas me mêler des relations entre socialistes et écologistes – qui, au passage, partagent la responsabilité de ce fiasco environnemental puisqu’ils codirigent Paris depuis 13 ans ! -, mais qui peut croire un seul instant qu’en entretenant des relations aussi exécrables, ils pourront trouver un accord électoral au soir du 1er tour (j’entends un accord sur le fond des dossiers et non pas sur la distribution des postes) ? Et qui peut croire sérieusement qu’ils pourront ensuite gérer efficacement Paris (du moins mieux qu’ils ne l’ont fait au cours des 13 années passées) ? Personne.

Actus en relation

Manuel Valls : un peu plus d’actions et un peu moins de polémiques !

« Populisme » : Manuel Valls n’a désormais que ce mot à la bouche. Quant à sa déclaration …

Le Pass Navigo unique se fera au détriment de priorités autrement plus urgentes

Moderniser le réseau de transports ou céder aux petits calculs politiciens ? Jean-Paul Huc …

Les vraies raisons de la nouvelle politique tarifaire d’Anne Hidalgo

Anne Hidalgo a décidé de faire les poches aux familles ayant de « très hauts revenus ». El …

RETARD DANS LE PROLONGEMENT DE LA LIGNE 14 : LA MAIRIE DE PARIS AUX ABONNES ABSENTS

Brigitte Kuster a posé aujourd’hui la question d’actualité du groupe UMP au conseil de Par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *