Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Quelques semaines avant les élections, Anne Hidalgo réalise enfin le besoin croissant de sécurité des Parisiens et propose l’augmentation des crédits dévolus à la vidéoprotection, notamment pour le quartier de la ZAC Clichy-Batignolles.

Si on peut se féliciter de ce revirement, comment ne pas mettre en cause sa sincérité quand on sait que pendant la mandature précédente, la Ville de Paris a financé seulement 2 % des caméras installées à Paris. Pire, la majorité socialiste a constamment refusé les propositions de Brigitte Kuster et des élus du 17e  en faveur de nouvelles caméras dans les quartiers…et en particulier dans le futur quartier de la ZAC !

Comment les socialistes espèrent-ils faire croire que la sécurité, qu’ils ont délaissée pendant des années, est subitement devenue leur priorité ? Aucun effort n’a été porté, aucune priorité n’a été donnée aux inspecteurs de la DPP qui travaillent dans des conditions misérables. Depuis 2001, la plupart des directions ont vu leurs effectifs augmenter sauf ceux dédiés à la sécurité ! Autre exemple significatif, pour 2013,  le maire de Paris a choisi de baisser d’un million d’euros la subvention du GPIS, chargé de la sécurité des immeubles sociaux, réduisant considérablement ses capacités opérationnelles.

Dans le 17e, les élus socialistes n’ont jamais soutenu les propositions de la majorité pour améliorer la sécurité des habitants ( vidéo, arrêtés anti-mendicité, correspondants de nuit), ni le travail important de prévention et de coordination de l’ensemble des acteurs de la sécurité.

Et puis, comment les propositions d’Anne Hidalgo sur la vidéoprotection résisteront-elles à la fusion des listes au second tour avec les Verts qui ont déposé plusieurs milliers d’amendements contre les caméras ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *