Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Vincent Peillon et Bertrand Delanoë auront réussi un véritable tour de force : mettre tout le monde d’accord contre leur réforme. Les enseignants et les parents sont en grève. Même le personnel chargé d’animer le temps périscolaire a rejoint le mouvement. Un comble ! Les familles partagent un sentiment amer : celui d’être à la fois otages des grèves et victimes avec leurs enfants d’une réforme chaotique qu’aujourd’hui tout le monde dénonce.

Une cacophonie généralisée dont Nathalie Kosciusko-Morizet a d’ailleurs démontré l’ampleur grâce au site Internet qu’elle a mis en ligne pour recueillir les doléances des parents. Les quelques ajustements promis par le maire de Paris ne suffiront donc pas à régler la multitude de problèmes qui se posent partout. C’est une réponse globale qui s’impose.

La priorité est de définir précisément le projet périscolaire, qui a été fondamentalement négligé par l’équipe de Bertrand Delanoë. Les disparités observées d’une école à l’autre, d’un quartier à l’autre, ne sont pas tolérables. Il faut réaffirmer la fonction éducative du projet périscolaire. Les parents ne comprennent pas que leurs enfants soient trimballés d’une activité – parfois sans aucun intérêt pédagogique – à l’autre. Il faut donc revenir au cœur de la réforme.

Il faut ensuite établir un strict périmètre d’intervention des équipes d’animateurs, en veillant à ce qu’il n’empiète pas sur le travail des enseignants qui est absolument prioritaire. Qu’il y ait eu des difficultés au début paraît normal (surtout quand on connaît la précipitation avec laquelle la réforme a été mise en œuvre). Qu’elles persistent presque 3 mois après ne l’est pas.

Il faut que le maire de Paris ouvre sans tarder une concertation générale sur l’application des rythmes scolaires. Une concertation où tous les acteurs de la réforme – élus d’arrondissement, enseignants, parents, associations – soient présents. Quelques rustines disposées ça et là ne suffiront pas à venir à bout des difficultés dans lesquelles nous nous trouvons actuellement. Le dialogue est le prix à payer pour que fonctionne cette réforme si mal engagée.

Actus en relation

Manuel Valls : un peu plus d’actions et un peu moins de polémiques !

« Populisme » : Manuel Valls n’a désormais que ce mot à la bouche. Quant à sa déclaration …

Le Pass Navigo unique se fera au détriment de priorités autrement plus urgentes

Moderniser le réseau de transports ou céder aux petits calculs politiciens ? Jean-Paul Huc …

Les vraies raisons de la nouvelle politique tarifaire d’Anne Hidalgo

Anne Hidalgo a décidé de faire les poches aux familles ayant de « très hauts revenus ». El …

RETARD DANS LE PROLONGEMENT DE LA LIGNE 14 : LA MAIRIE DE PARIS AUX ABONNES ABSENTS

Brigitte Kuster a posé aujourd’hui la question d’actualité du groupe UMP au conseil de Par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *