Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

11% de chômeurs de plus en moins d’un an. 3 224 600 Français sont sans emploi. Chaque jour notre économie détruit 1300 emplois. Des chiffres qui donnent le tournis. Ce résultat n’est bien sûr pas entièrement imputable au seul François Hollande. La crise poursuit une œuvre dévastatrice qui n’a pas commencé le 6 mai 2012 et qui ne s’arrête pas aux frontières hexagonales. Par contre, comment ne pas voir dans l’accélération catastrophique de la crise que nous vivons actuellement les conséquences de sa politique.

30 milliards d’impôts supplémentaires, dont une moitié portant sur le travail, suppression de la TVA anti-délocalisation, fiscalisation des heures supplémentaires, retour de la retraite à 60 ans. Un tel régime de réformes serait à peine supportable à 5% de croissance. Il est ravageur pour l’économie et l’emploi à  -0,1%. La terrible réalité n’a d’ailleurs pas tardé à rattraper le locataire de l’Elysée : le nombre de nouveaux chômeurs chaque jour est deux fois plus élevé depuis 12 mois que lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Faire un constat, fût-il aussi noir que celui-ci,  n’est pas compliqué. Trouver les moyens de sortir de la crise l’est bien davantage. C’est pourquoi la réflexion que l’UMP a initiée, dans le cadre des Etats-généraux de la reconquête, est non seulement utile à la droite, mais aussi au pays dans son ensemble. Jean-François Copé a, en effet, choisi de porter dans le cadre d’une vaste concertation nos idées pour l’emploi et le redressement de la France.  Une réflexion qui, de manière synthétique, porte sur les points suivants :

– Simplifier les règles du code du travail et de la représentation salariale (il faut mettre fin aux effets de seuil qui nuisent au développement des PME, notamment).

– Créer une Agence pour le Travail afin d’orienter les chômeurs vers les secteurs dynamiques de l’économie, et en finir définitivement avec le système de l’assistanat qui enferme plus qu’il ne protège.

– Négocier la durée du temps de travail par branche, et dans chaque entreprise.

– Lever les freins à l’embauche en créant un contrat de travail unique qui tienne compte des parcours professionnels de chacun et des nécessités de l’économie.

L’enjeu est simple : rendre le code du travail compatible avec les impératifs de compétitivité et garantir un système de protection sociale qui soit à la fois juste, équilibré et moins coûteux pour les comptes de l’Etat.   

Pour approfondir le sujet, voir le lien suivant : http://www.etats-generaux-ump.fr/

Actus en relation

Manuel Valls : un peu plus d’actions et un peu moins de polémiques !

« Populisme » : Manuel Valls n’a désormais que ce mot à la bouche. Quant à sa déclaration …

La France malade du chômage et de l’absence de réformes

Le gouvernement en est donc réduit à manipuler les chiffres du chômage pour sauver la face …

Le Pass Navigo unique se fera au détriment de priorités autrement plus urgentes

Moderniser le réseau de transports ou céder aux petits calculs politiciens ? Jean-Paul Huc …

Les vraies raisons de la nouvelle politique tarifaire d’Anne Hidalgo

Anne Hidalgo a décidé de faire les poches aux familles ayant de « très hauts revenus ». El …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *