Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Alors que le projet de loi sur le mariage pour tous va être bientôt étudié au Parlement, je tiens à vous faire part de mon inquiétude à propos d’une réforme qui occasionnera dans notre société des effets extrêmement négatifs voire dramatiques.

Je considère que ce projet constitue une remise en cause très grave du pilier fondateur de notre société qu’est la famille. Le mariage en est la clé de voûte. Il organise et structure la cellule familiale autour du père et de la mère. Le mariage n’est pas seulement un référent juridique et social, il touche aussi à l’organisation symbolique et morale de notre pays.

Le transformer pour permettre à des couples homosexuels d’y accéder serait irresponsable. D’autant que les couples de même sexe peuvent bénéficier, à travers le Pacs, d’un système juridique sécurisant, même s’il demeure perfectible. La France ne se grandirait pas à changer les règles qui s’appliquent à la majorité pour satisfaire les revendications d’une minorité. L’égalité n’a jamais été la similitude. Le respect qui est dû à chaque citoyen quelle que soit son orientation sexuelle n’est pas l’assimilation.

Je pense, par ailleurs, qu’un enfant se construit dans l’altérité que lui apporte son père et sa mère. La fiction de la modification du code civil avec «le Parent 1 et le Parent 2» engendrerait des conséquences dont on ne soupçonne pas la gravité. Elever un enfant dans un mensonge qui vise à dénaturer l’ordre naturel des choses risquerait de provoquer chez lui des déséquilibres irréversibles.

Si telle devait être la volonté du Parlement, alors je ne célébrerais pas à titre personnel de mariage homosexuel au sein de ma mairie.

Actus en relation

Manuel Valls : un peu plus d’actions et un peu moins de polémiques !

« Populisme » : Manuel Valls n’a désormais que ce mot à la bouche. Quant à sa déclaration …

Le Pass Navigo unique se fera au détriment de priorités autrement plus urgentes

Moderniser le réseau de transports ou céder aux petits calculs politiciens ? Jean-Paul Huc …

Les vraies raisons de la nouvelle politique tarifaire d’Anne Hidalgo

Anne Hidalgo a décidé de faire les poches aux familles ayant de « très hauts revenus ». El …

RETARD DANS LE PROLONGEMENT DE LA LIGNE 14 : LA MAIRIE DE PARIS AUX ABONNES ABSENTS

Brigitte Kuster a posé aujourd’hui la question d’actualité du groupe UMP au conseil de Par …

5 réponses à NON au mariage pour tous

  • Madame la Maire, permettez-moi, en tant que votre administré à mon corps défendant, de relever plusieurs inexactitudes grossières dans votre propos (je ne dis pas mensonges, je suis sympa) :
    – Vous indiquez que la loi va changer les règles qui s’appliquent à la majorité pour satisfaire les revendications d’une minorité. Il n’en est rien, puisque le texte ne modifie en rien les droits et devoirs de mariés hétérosexuels, mais les ouvre aux homosexuels. Je vous rappelle au passage que cette « revendication d’une minorité » est approuvée par environ 60% de la population de ce pays.
    – Vous parlez de fiction d’une modification du code civil ? Je vous rassure, la modification sera bien réelle. La loi est la loi.
    – Ce qui est en revanche une fiction que tout l’UMP nous ressasse sans fin, c’est l’introduction des termes « Parent 1 et Parent 2 » dans le code civil. Il est prévu de remplacer les quelques occurrences de « père » et « mère » par « parents », terme qui y figure déjà dans certains articles, me semble-t-il.
    – Il n’est en aucun cas question d’élever un enfant dans le mensonge. Je vous mets au défi de trouver un couple de femmes élevant un enfant en lui faisant croire qu’aucune goutte de sperme n’est intervenue dans le process et qu’il serait né de ces deux femmes. Et si on parle de mensonges faits aux enfants, l’athée que je suis pourrait aisément en relever quelques uns dans l’éducation religieuse.
    Vous raisonnez enfin comme si aucun retour d’expérience n’existait. Une dizaine de pays ont déjà ouvert le mariage sans que leur société s’effondre. Des dizaines de milliers d’enfants vivent parfaitement équilibrés au sein de familles homoparentales.

    Quant à votre refus de célébrer de tels mariages, soyez assurée qu’à titre personnel, je ferai le maximum pour vous épargner ce « cas de conscience » qui semble déchirant dès 2014.

  • « je ne célébrerais pas à titre personnel de mariage homosexuel au sein de ma mairie. »

    Il ne vous reste donc plus qu’à démissionner de vos fonctions, madame. Vous avez la responsabilité d’appliquer les lois de la République; si vous comptez y déroger vous devez par conséquent en tirer les conclusions qui s’imposent.

  • Qui célébrera les mariages si ce n’est pas vous?

  • Donc vous bannissez les familles monoparentrales, les parents divorcés, les familles recomposées…

  • Mariage homosexuel : les maires ne pourront invoquer une « clause de conscience »

    Saisi d’une question prioritaire de constitutionnalité, le Conseil constitutionnel a estimé vendredi que les maires et leurs adjoints devraient célébrer tous les mariages, y compris entre personnes du même sexe, en raison de leur statut d’officiers de l’état civil. (AFP et Reuters)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *