Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

J’ai eu l’immense plaisir d’assister, dimanche dernier, à Châteaurenard, au meeting de Jean-François Copé, au cours duquel il a déclaré sa candidature à la présidence de l’UMP.

Dans son discours fédérateur et prospectif, que je vous propose de le lire ICI, le secrétaire général de l’UMP a d’abord salué le formidable courage de Nicolas Sarkozy. Il a rappelé les coups et les injures que l’ancien président – peut-être plus qu’aucun autre avant lui – a subis pour permettre à la France de se défaire des conservatismes qui l’ont pendant si longtemps handicapée. Je crois, comme Jean-François Copé, que sa politique fut la meilleure face à la crise, et ce n’est certainement pas le reniement – une tentation pour certains au sein même de notre famille politique – qui permettra à l’UMP de se redresser. Jean-François Copé a choisi de défendre pleinement le bilan et la personnalité de Nicolas Sarkozy. Les militants lui en sont d’ailleurs reconnaissants.

Jean-François Copé a également dessiné les contours de l’opposition qu’il souhaite bâtir face à la gauche qui détient désormais presque tous les pouvoirs. Par son énergie et sa détermination, Jean-François Copé s’impose comme le premier opposant à la politique du gouvernement socialiste. Il ne s’agit pas à ses yeux de se projeter trop tôt dans l’élection présidentielle de 2017, mais de défendre les Français au quotidien.

Il faut agir étape par étape. Reconquérir les territoires dès 2014, bâtir un projet alternatif, présenter une nouvelle génération issue de nos rangs. C’est la feuille de route qu’a fixée Jean-François Copé. C’est celle que je vous propose de suivre ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *