Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

On entend ça et là des voix, même de droite, qui jugent la cohabitation contraire aux institutions de la 5e République. Ils sont donc résignés à laisser la gauche gouverner la France sans contrepouvoir. Ils oublient sans doute que la 5e République a survécu à 3 cohabitations et que les Français ont même parfois semblé approuver cette pratique particulière de nos institutions. La cohabitation n’est certes pas la vocation du régime, mais elle en est une expression qui ne le tue pas. J’estime d’ailleurs qu’aucune autre considération doit prévaloir sur l’intérêt des Français, fût-elle d’ordre institutionnel. Dans le cas présent, la cohabitation est dans l’intérêt des Français.

 Aussi, est-il essentiel que la droite et le centre l’emportent aux législatives. Et il ne s’agit pas simplement d’empêcher le PS de détenir tous les pouvoirs, mais de lutter contre les menaces du projet socialiste. Elles se précisent de jour en jour. Prenons la sécurité : la gauche n’a pas tardé à renouer avec le laxisme des années Jospin en annonçant la suppression des tribunaux correctionnels pour mineurs délinquants et l’annulation des peines planchers.

 Autre sujet d’inquiétude : l’axe franco-allemand, qui a été déterminant au plus fort de la crise, est en train de se fissurer. François Hollande s’obstine au sujet des « euro bonds », qui permettent de mutualiser les dettes des pays européens à la manière d’un Etat fédéral (et qui ne sont pas les « projects bonds » – grand emprunt commun destiné à soutenir la croissance par l’investissement -, comme il voudrait le faire croire), dont Angela Merkel ne veut absolument pas entendre parler. On l’a comprend. L’Allemagne a réduit son déficit budgétaire à 1% du PIB, au prix d’efforts colossaux ; il est hors de question qu’elle paye les excès de ses voisins européens. Surtout du premier d’entre eux qui prévoit le retour à la retraite à 60 ans et l’embauche de 60 000 fonctionnaires… François Hollande a choisi de s’allier à l’Italie et à l’Espagne plutôt qu’à l’Allemagne. C’est son choix. Est-ce vraiment celui des Français ?

D’autre part, François Hollande a porté plusieurs coups de canif dans le contrat de moralité qui le lie au pays. Arnaud Montebourg, qui vient d’être condamné en justice pour injure, reste pourtant ministre. Christiane Taubira (condamnée pour licenciement abusif en 2004) et Jean-Marc Ayrault (6 mois de prison avec sursis pour favoritisme en 1997) ont eux été nommés ; et à quelques postes ! François Hollande avait promis que jamais il ne nommerait de ministres jugés et condamnés par la justice… Son sens de l’exemplarité n’a pas survécu à son élection. Un phénomène déjà observé avec François Mitterrand. 

Autant de raisons pour donner à la France une majorité parlementaire de droite et du centre qui poursuivra les réformes courageuses engagées par Nicolas Sarkozy. 

Actus en relation

Manuel Valls : un peu plus d’actions et un peu moins de polémiques !

« Populisme » : Manuel Valls n’a désormais que ce mot à la bouche. Quant à sa déclaration …

Le Pass Navigo unique se fera au détriment de priorités autrement plus urgentes

Moderniser le réseau de transports ou céder aux petits calculs politiciens ? Jean-Paul Huc …

Les vraies raisons de la nouvelle politique tarifaire d’Anne Hidalgo

Anne Hidalgo a décidé de faire les poches aux familles ayant de « très hauts revenus ». El …

RETARD DANS LE PROLONGEMENT DE LA LIGNE 14 : LA MAIRIE DE PARIS AUX ABONNES ABSENTS

Brigitte Kuster a posé aujourd’hui la question d’actualité du groupe UMP au conseil de Par …

2 réponses à La cohabitation est une nécessité

  • Merci Brigitte pour votre engagement, votre courage, votre fabuleux travail de terrain. Vous incarnez l’avenir de la droite dans laquelle la nouvelle génération se reconnait pleinement. Vous êtes une femme d’exception dont la 4eme circo aurait tort de se priver! Nous sommes tous avec vous, le 10 juin votons Brigitte Kuster!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *