Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

On voit bien qu’à gauche la tentation est forte de mener une campagne au ras des pâquerettes, faute de mieux. La mise en cause, à peine dissimulée, du financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 par François Hollande va en ce sens. Les socialistes, si prompts d’habitude à défendre la Justice, s’en prennent sans état d’âme à la plus haute juridiction du pays, le Conseil Constitutionnel. Car en dénonçant la supposée insincérité des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy, Hollande et ses amis doutent ni plus ni moins de l’indépendance du Conseil Constitutionnel qui les a validés. Les mots ont un sens quand on veut devenir Président de la République !

Est-ce à dire que les socialistes veulent par tous les moyens détourner l’attention des Français de plus en plus en dubitatifs sur François Hollande ? Pas de doute. Une bonne polémique éloigne pour quelques temps les vraies questions. Qu’importe si elle concourt à alimenter les extrêmes et à attiser le rejet de la classe politique.

Pourtant, les vraies questions ne manquent pas. Il en est une d’ailleurs que Nicolas Sarkozy a posée aux socialistes : quels résultats obtenez-vous à la tête des collectivités que vous gérez ? Des hausses massives : dettes (la Corrèze de François Hollande est le département le plus endetté de France, 3 fois plus que la moyenne nationale), impôts (+25% à Paris), fonctionnaires (+ 100 000 depuis 2007 dans les collectivités territoriales, contre – 160 000 pour la fonction publique d’Etat). Et des baisses : crédits recherche, enseignement supérieur, formation professionnelle, petite enfance… En définitive, l’équation tant promise : hausse des dépenses / amélioration du service public a échoué lamentablement.

Nicolas Sarkozy a assuré, s’il était réélu, qu’il appliquerait la règle du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux valable pour l’Etat à la fonction publique territoriale. Il veut obtenir des collectivités ce qu’il a réalisé avec l’Etat : la baisse des déficits publics et l’amorce d’un puissant désendettement.

Scenario catastrophe : François Hollande est élu, il applique à l’Etat ce qu’il a fait à la Corrèze…

Actus en relation

Manuel Valls : un peu plus d’actions et un peu moins de polémiques !

« Populisme » : Manuel Valls n’a désormais que ce mot à la bouche. Quant à sa déclaration …

La main de la France ne doit plus trembler face à la barbarie

A chaque fois la même sidération nous saisit. A chaque fois le même sentiment de plonger u …

Le Pass Navigo unique se fera au détriment de priorités autrement plus urgentes

Moderniser le réseau de transports ou céder aux petits calculs politiciens ? Jean-Paul Huc …

Les vraies raisons de la nouvelle politique tarifaire d’Anne Hidalgo

Anne Hidalgo a décidé de faire les poches aux familles ayant de « très hauts revenus ». El …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *