Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

C’est un sacré caillou dans sa chaussure. Ce caillou, c’est Jean-Luc Mélenchon. Chacun devine à qui appartient la chaussure.

Si Mélenchon obtenait dans les urnes ce que lui accordent aujourd’hui les sondages (entre 13 et 15 % d’intentions de vote), alors il aurait au 1er tour l’équivalent de la moitié des voix de François Hollande. Un rapport de force inédit depuis 30 ans à gauche. Un scenario qui donne des sueurs froides au PS.

L’élection, que l’on nous promettait au centre, va finalement se jouer dans un face à face très clair : un candidat de l’expérience et du rassemblement, Nicolas Sarkozy, et un candidat contraint à jouer « plus à gauche que moi tu meurs » pour l’emporter, François Hollande.

Car Jean-Luc Mélenchon n’est pas Besancenot. Il veut peser sur la gauche de gouvernement, si malheureusement elle parvenait au pouvoir. Le niveau qui est le sien aujourd’hui dans l’opinion l’autorise à y croire.  

François Hollande, pour l’emporter au second tour, sera très certainement obligé de négocier avec le Front de Gauche, au prix sans doute de très lourdes concessions. La principale d’entre elles étant l’augmentation substantielle des dépenses publiques. Mélenchon l’a annoncé : il veut faire de l’argent et de l’emploi publics le moteur de la relance… Avec son corollaire immédiat : la hausse massive des impôts.

Une rhétorique qui coupe Hollande de son identité sociale-libérale et qui, du même coup, libère le jeu au centre. Car qui peut imaginer François Bayrou appelant à voter pour un candidat allié aux communistes ?

La montée de Jean-Luc Mélenchon, qui est concomitante à la baisse de Hollande, démontre que l’électorat se clive. D’une part, tous ceux qui veulent désendetter la France et relancer la croissance, et les autres qui préconisent le retour au dirigisme.

Actus en relation

Manuel Valls : un peu plus d’actions et un peu moins de polémiques !

« Populisme » : Manuel Valls n’a désormais que ce mot à la bouche. Quant à sa déclaration …

La main de la France ne doit plus trembler face à la barbarie

A chaque fois la même sidération nous saisit. A chaque fois le même sentiment de plonger u …

Le Pass Navigo unique se fera au détriment de priorités autrement plus urgentes

Moderniser le réseau de transports ou céder aux petits calculs politiciens ? Jean-Paul Huc …

Les vraies raisons de la nouvelle politique tarifaire d’Anne Hidalgo

Anne Hidalgo a décidé de faire les poches aux familles ayant de « très hauts revenus ». El …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *