Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Retrouvez le débat auquel Brigitte Kuster a participé sur le site Newring et qui fait suite à la demande qu’elle a adressée au Préfet de police d’étendre l’arrêté anti-mendicité en vigueur sur les Champs Elysées aux avenues adjacentes du 17e.

Qui peut croire, par ailleurs, que la France et la Roumanie mettent en commun autant de moyens humains et technologiques, s’il ne s’agissait que d’interdire à quelques malheureux sans-abris de faire la manche. Ils vivent dans nos rues depuis toujours, et, hormis quelques cas isolés, ils ne font rien qui mérite de notre part autre chose qu’assistance et solidarité. Au regard de l’action que la mairie du 17e mène en faveur des SDF (coordination des maraudes, service de 4000 repas chauds tous les hivers, organisation des Assises de la Solidarité…), m’accuser de « chasse aux pauvres » est un procédé intolérable qui relève davantage de la tactique politicienne que de la véritable compassion. Je n’ai pas de leçon d’humanité à recevoir de la Gauche qui comme à son habitude s’indigne mais n’agit pas.

« Il y a d’un côté ceux qui situent le débat sur le terrain d’une morale coupée de la réalité. Et puis il y a les autres, les élus de terrain, ceux qui justement affrontent tous les jours la réalité, celle qui échappe à toutes les catégories et autres facilités intellectuelles.

La question des Roms et de la mendicité agressive à Paris est à la croisée des chemins. Celui qui n’en perçoit que l’écume, par la lecture de quelques articles de presse mal inspirés : « Des maires ne veulent plus de mendiants », ne peut qu’être indigné par si peu d’humanité. Il aurait parfaitement raison, s’il ne s’agissait pas en réalité d’un tout autre débat.

Celui qui connaît précisément le dossier s’étonne au contraire que l’Etat semble tolérer sur son territoire une organisation mafieuse qui a fait de la mendicité une spécialité, comme d’autres l’auraient fait du braquage de banque ou des jeux d’argent. A la différence près qu’ici des femmes et des enfants sont littéralement réduits en esclavage.

Au cours d’une récente réunion, un haut fonctionnaire de la Police résumait parfaitement la situation : « le tout Paris signe des pétitions pour dénoncer le travail des mineurs en Chine ou ailleurs, et s’émeut que l’on s’attaque en France à des réseaux qui exploitent des enfants qui n’ont pour la plupart même pas 4 ans ».

C’est en parfaite connaissance de cause que j’ai décidé d’affronter en face le phénomène. L’arrêté anti-mendicité que j’ai demandé au Préfet est à mes yeux une réponse efficace aux préoccupations des habitants (riverains suivis et harcelés dans la rue, intrusions et vols dans les magasins…). Il donnera également à la police des moyens de contrôle dont elle ne disposait pas jusqu’à présent. L’arrêté anti-mendicité sur les Champs-Elysées a déjà permis aux autorités de faire des progrès considérables dans leur lutte contre les réseaux mafieux. Il faut donc poursuivre cet effort ».

Actus en relation

Manuel Valls : un peu plus d’actions et un peu moins de polémiques !

« Populisme » : Manuel Valls n’a désormais que ce mot à la bouche. Quant à sa déclaration …

Le Pass Navigo unique se fera au détriment de priorités autrement plus urgentes

Moderniser le réseau de transports ou céder aux petits calculs politiciens ? Jean-Paul Huc …

Les vraies raisons de la nouvelle politique tarifaire d’Anne Hidalgo

Anne Hidalgo a décidé de faire les poches aux familles ayant de « très hauts revenus ». El …

RETARD DANS LE PROLONGEMENT DE LA LIGNE 14 : LA MAIRIE DE PARIS AUX ABONNES ABSENTS

Brigitte Kuster a posé aujourd’hui la question d’actualité du groupe UMP au conseil de Par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *