Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

La polémique est décidément une maladie nationale. A peine la trêve de campagne a-t-elle été décidée que déjà les premières attaques fusent sur la question : Faut-il oui ou non suspendre la campagne présidentielle ? Avec son corollaire immédiat : Pour combien de temps ?

Nicolas Sarkozy et François Hollande l’ont souhaité, jusqu’à mercredi pour le premier et durant quelques jours pour le second. François Bayrou et Jean-Luc Mélenchon en ont jugé autrement. Tant mieux pour les premiers. Regrettable pour les deux autres.

Qu’attendons-nous au fond des responsables politiques lorsqu’un tel drame frappe le pays ? Qu’ils soient au diapason de nos émotions. Qu’ils trouvent les mots justes pour rassembler.

J’estime que la classe politique française est, dans son ensemble, parvenue à montrer le visage d’une Nation unie et solidaire. Il faut le dire car ce n’est pas si fréquent.

Certes, les insatiables polémistes ont comme à leur habitude dit tout et n’importe quoi, s’accusant : aux uns la récupération, aux autres l’indécence. Des chicaneries de cour d’école qui ne sont pas à la hauteur des événements dramatiques. Qu’ils se taisent pour respecter le deuil des familles et préserver l’union nationale !

L’école justement, parlons-en. J’ai assisté ce matin à la minute de silence dans une école publique (rue Boursault) et je me suis exprimé devant les élèves de deux écoles juives du 17e. Je n’ai vu que les visages tristes des enfants de France. Des enfants de toutes les origines qui partageaient avec simplicité une douleur qui nous est commune. J’ai vu comme la France peut se montrer solide lorsque l’adversité frappe aussi cruellement.

Actus en relation

La France malade du chômage et de l’absence de réformes

Le gouvernement en est donc réduit à manipuler les chiffres du chômage pour sauver la face …

Réforme du quotient familial : un mauvais coup porté aux familles

François Hollande aimerait nous faire croire que l’essentiel est sauf. Mais l’illusionnist …

1er tour de l'élection présidentielle dans le 17e

  Participation  79,5%   Nicolas Sarkozy : 33728 voix  / 44,3% François Hollande : 19897 v …

Un coût du travail moins cher et des salariés mieux payés

Le travail encore et toujours. Nicolas Sarkozy a choisi d’en faire le pivot de sa stratégi …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *