Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Brigitte Kuster a publié une tribune sur newring.fr à propos de la question suivante : Faut-il un ministère de l’Egalité entre les sexes ?

Sa réponse :

L’envisager, c’est déjà reconnaître qu’il existe des difficultés. Et pas des moindres : seulement 18,5% de femmes députées, 30% des femmes employées à temps partiel, un salaire en moyenne inférieur de 27% à celui des hommes… 

L’envisager, c’est aussi admettre que ce qui a déjà été entrepris n’a pas suffit. Mon sentiment c’est que les lois et les règlements se heurtent désormais à un plafond de verre que l’on a atteint après 50 ans au cours desquels les femmes ont obtenu davantage (droit de vote et droit de disposer de son corps étant les plus importants) qu’en 500 ans. Les progrès sont aujourd’hui plus difficiles, notamment en matière de parité politique et d’égalité professionnelle.

Mais institutionnaliser une conquête la rend-elle pour autant plus légitime et surtout plus efficace ? Je ne le crois pas. Françoise Giroud a fait davantage pour les femmes la plume à la main et à la tête du journal L’Express qu’au secrétariat d’Etat à la Condition féminine que lui avait confié Valérie Giscard d’Estaing. Je crois même qu’une telle démarche peut se révéler contre-productive. Le combat pour l’égalité doit influencer la politique, pas en prendre les traits.

Un ministère signifie un périmètre de compétences précis. Impossible à définir sur un sujet aussi transverse que celui-ci. Un ministère implique un budget. Généralement inversement proportionnel à la solennité de son énoncé.  Un ministère est dirigé par un ou une ministre. Qui réunit les qualités suffisantes pour incarner seul(e) un tel combat ?

Par ailleurs, je ne crois pas à l’appellation « égalité des sexes » qui sous-tend une dimension presque biologique qui m’apparaît éloignée des véritables enjeux. L’égalité que nous recherchons ne s’apprécie pas selon un genre mais d’après les compétences et le mérite. « A compétence égale, reconnaissance et salaire égaux » : voilà quel est l’objectif à atteindre !   

En réalité, ce qui manque au féminisme du 21e siècle, ce ne sont pas des institutions mais des figures ; ce ne sont pas des structures mais une prise de conscience politique de l’ensemble de la société.

Actus en relation

Manuel Valls : un peu plus d’actions et un peu moins de polémiques !

« Populisme » : Manuel Valls n’a désormais que ce mot à la bouche. Quant à sa déclaration …

Le Pass Navigo unique se fera au détriment de priorités autrement plus urgentes

Moderniser le réseau de transports ou céder aux petits calculs politiciens ? Jean-Paul Huc …

Les vraies raisons de la nouvelle politique tarifaire d’Anne Hidalgo

Anne Hidalgo a décidé de faire les poches aux familles ayant de « très hauts revenus ». El …

RETARD DANS LE PROLONGEMENT DE LA LIGNE 14 : LA MAIRIE DE PARIS AUX ABONNES ABSENTS

Brigitte Kuster a posé aujourd’hui la question d’actualité du groupe UMP au conseil de Par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *