Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

La question du financement du tarif unique du Pass Navigo – qui semble acté suite à l’accord entre le PS et EELV – reste entière, 10 jours seulement avant le vote du budget 2012 de la région Île de France.

Selon les termes de cet accord, qui n’a toujours pas été rendu public alors que le conseil d’administration du STIF doit l’étudier mercredi 7 décembre, le tarif unique avoisinerait 62 euros. Cette mesure, pour séduisante qu’elle puisse paraître, va coûter 550 millions d’euros par an au STIF. Une somme que ni la région Île de France ni les collectivités locales ne sont pas mesure d’assumer, selon les dires de Jean-Paul Huchon lui-même. En effet, l’endettement, qui a plus que doublé entre 2004 et 2011, réduit la marge de manœuvre de la région (qui trouve tout de même le moyen d’augmenter de 2,1% son budget de fonctionnement) et menace son autonomie financière. En clair, Jean-Paul Huchon est, seulement un-an-et-demi après son élection, incapable de financer ses propres promesses électorales.  

C’est ainsi que EELV et le PS sont tombés d’accord pour taxer les entreprises qui risquent de voir le taux du versement transports augmenter de manière substantielle. Cette mesure, parfaitement antiéconomique, est dangereuse à l’heure où de nombreuses entreprises tentent de survivre à la crise.

Enfin, rappelons que la priorité pour la plupart des usagers demeure l’amélioration des transports. Ce que les Franciliens exigent, c’est avant tout de voyager dans de bonnes conditions et d’avoir une desserte proche de chez eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *