Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Une fois encore, un fossé sépare les promesses des actes. Pendant la campagne des régionales, Jean-Paul Huchon et sa majorité avaient promis d’ « offrir la gratuité des transports » aux « 150 000 jeunes, issus pour la plupart de milieux défavorisés, suivis par les missions locales dans leurs démarches d’accès à l’emploi. »
 

Sans cesse retardée, la mise en application de la promesse de campagne devrait finalement se faire au 1er octobre prochain mais avec un objectif revu très largement à la baisse.
 

Seuls 17 300 jeunes sur les 170 000 effectivement suivis par les 76 missions locales d’Ile-de-France (selon les propres chiffres de la région) bénéficieront de cette mesure.
 

90 % des jeunes qui faisaient l’objet de la promesse de campagne sont donc exclus du dispositif proposé.
 

Les élus du groupe Majorité Présidentielle déplorent le caractère arbitraire et injuste de cette mesure qui laisse de côté les 153 000 autres jeunes en insertion aujourd’hui en Ile-de-France.
 

Cette proposition inaboutie, qui ne fait pas l’unanimité au sein même de la majorité régionale, traduit à nouveau la politique d’affichage de l’exécutif consistant à annoncer à grand renfort de communication des mesures dont la mise en œuvre se fait en réalité au rabais.

 

Présentée aujourd’hui au conseil d’administration du STIF, les élus du groupe Majorité Présidentielle ont donc décidé de ne pas prendre part au vote et ils demanderont demain, à l’occasion de la commission permanente du conseil régional, le renvoi en commission de ce rapport afin que l’exécutif régional revoie sa copie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *